DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

G20 : les hommes avant l'argent

Vous lisez:

G20 : les hommes avant l'argent

Taille du texte Aa Aa

Selon eux, le sommet du G20 néglige les conséquences sociales “dévastatrices”
de la crise économique.
Quelques 3.000 personnes, 10 000 selon les organisateurs, ont marché bruyamment dans les rues de la capitale sud-coréenne. Leur mot d’ordre, défendre les petits, face aux puissants : “Put people first”. “Le G20 ne peut vraiment pas gouverner l‘économie mondiale, explique un alter-mondialiste. Premièrement, Il y a 172 pays qui en sont exclus. Secundo, une gouvernance solide est indispensable, parce que nous faisons face à des crises multiples”.

Si les débats au G20 tournent autour des taux de change, ici on veut rappeller que beaucoup de gens sont tombés dans la pauvreté à cause de la crise :

“Je dénonce les capitalistes et les gouvernements qui font reposer leurs responsabilités sur les travailleurs”.
“Du point de vue économique, les politiciens reculent sur les politiques de baisse des impôts
et de services sociaux. Ils mettent la responsabilité sur les travailleurs, c’est pour ça que je condamne le G20.”

Même si les autorités tiennent les manifestants éloignés, cela ne veut pas dire qu’ils ne protestent pas. Les syndicats locaux et les anti-mondialisation sont déterminés à faire entendre leur voix pendant le sommet. C’est pour cela qu’ils ont choisi de manifester ici dans le centre de Séoul, à 15 km du centre de congrès.