DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Alvaro de Vasconcelos : les Européens doivent comprendre qu'avec des coupes dans la défense, ils doivent mettre plus en commun

Vous lisez:

Alvaro de Vasconcelos : les Européens doivent comprendre qu'avec des coupes dans la défense, ils doivent mettre plus en commun

Taille du texte Aa Aa

Miguel Sardo, euronews : “La crise économique risque de constituer une grande menace pour la nouvelle stratégie de l’OTAN, qui sera adoptée ce week-end à Lisbonne, et un défi supplémentaire pour le renforcement de la politique de défense des Vingt-sept.
A Lisbonne, nous retrouvons le directeur de l’Institut d’Etudes de Sécurité de l’Union européenne, le professeur Alvaro de Vasconcelos.
Professeur, l’Union européenne semble encore loin d’avoir une véritable politique de défense commune. Est-ce qu’elle aura à Lisbonne une position unique face à la nouvelle stratégie de l’OTAN ?”

Alvaro de Vasconcelos : “Malheureusement, je pense qu’il n’y aura pas une position européenne sur l’OTAN. Il y aura plusieurs voix européennes à Lisbonne, mais pas de position commune. Jusqu‘à présent, l’Union européenne n’a pas été capable de forger une perspective commune sur l’OTAN. D’ailleurs, cette question n’est pas discutée au sein de l’Union, ce qui est totalement paradoxal quand on sait que 22 Etats de l’Union sont membres de l’OTAN, quand on sait que l’OTAN est absolument essentielle pour la sécurité européenne et que l’OTAN traite de questions aussi importantes que les relations avec la Russie, toute la problématique de l’Europe de l’Est, les relations avec l’Iran, la question de la défense anti-missiles, autant de questions essentielles pour l’Union européenne, qui mériteraient une position commune.”

euronews : “Actuellement, on assiste à une réduction des budgets de la défense dans la plupart des pays européens. Cette situation ne peut-elle pas créer une dépendance accrue aux ressources militaires américaines ?”

Alvaro de Vasconcelos : “Le problème des Européens dans le domaine de la défense, ça n’est pas tant qu’ils dépensent peu – évidemment, ils vont maintenant dépenser moins avec la crise financière, il y aura des coupes budgétaires très significatives, autour des 15-20%. La question clé, c’est comment ils dépensent, et leur incapacité jusqu‘à présent à mettre leurs dépenses en commun, à rationaliser ces dépenses militaires, à lancer des projets communs significatifs qui puissent restreindre les difficultés de l’Europe dans certains domaines comme les transports stratégiques, les hélicoptères etc.
Je pense que la crise économique et financière, les réductions des dépenses de défense vont probablement obliger les Européens à faire plus ensemble. D’ailleurs, on a assisté à un rapprochement entre la France et la Grande-Bretagne dans plusieurs domaines de l’industrie de la défense, et même dans le nucléaire, ce qui induit une coopération inter-européenne accrue. Je pense que plus qu’une difficulté, cela peut être une vraie opportunité si les Européens comprennent qu’avec des coupes significatives, ils doivent mettre plus en commun qu’ils ne l’ont fait jusqu‘à présent.”

euronews : “Quelle devra être la position de l’Union européenne dans la nouvelle stratégie pour l’Afghanistan, en ce qui concerne le maintien des troupes sur le terrain et les négociations avec les Talibans ?”

Alvaro de Vasconcelos : “Je pense qu’un des problèmes de ce sommet de l’OTAN, c’est qu’il est trop axé sur la problématique de l’Afghanistan. Au lieu de discuter de l’avenir de l’OTAN pour les 10 ou 20 prochaines années, nous sommes en train de discuter d’une stratégie pour résoudre les problèmes de l’Afghanistan, pour créer les conditions qui permettront aux troupes américaines et aux troupes de l’Alliance de commencer à se retirer à partir de juin prochain.
En fait, aujourd’hui, il y a une très forte pression des citoyens européens pour que les contingents de ces Etats se retirent d’Afghanistan, et il n’y a pas de soutien populaire à cet effort de guerre alors qu’on pourrait avoir un soutien bien plus grand pour la gestion du conflit, pour bâtir la paix, pour la construction d’un Etat de droit afghan, suffisamment solide pour résoudre – en collaboration avec ses voisins – les problèmes auxquels le pays est confronté aujourd’hui.”

euronews : “Merci professeur Alvaro de Vasconcelos. Je rappelle que vous êtes directeur de l’Institut d’Etudes de Sécurité de l’Union européenne, et auteur d’un rapport sur ce que les Européens attendent de l’OTAN. Nous verrons ce week-end si les membres de l’OTAN partagent oui ou non pas les mêmes objectifs.”