DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'OTAN et la Russie sont désormais de "véritables partenaires", Dmitri Rogozine

Vous lisez:

L'OTAN et la Russie sont désormais de "véritables partenaires", Dmitri Rogozine

Taille du texte Aa Aa

Quelques jours avant le sommet de l’OTAN à Lisbonne, euronews a interrogé le représentant permanent de la Russie à l’OTAN, Dmitri Rogozine.

Alexeï Doval, euronews :
“Qu’attendez-vous du prochain sommet de Lisbonne du côté russe? Est-ce qu’il y a maintenant des conditions pour une coopération plus étroite entre l’OTAN et la Russie ?”

Dmitri Rogozine, représentant permanent de la Russie à l’OTAN :
“Nous attendons particulièrement des dirigeants des 29 pays membres du Conseil OTAN-Russie qu’ils puissent envoyer un signal très important pour le public dans leur pays, sur le fait que la période ‘d’après-guerre froide’ a pris fin et que l’OTAN et la Russie se considèrent désormais comme de véritables partenaires.”

euronews :
“Quel pourrait être ce signal ?”

Dmitri Rogozine:
“Avant tout, c’est d’avoir une discussion honnête sur les questions sur lesquelles nous avons des positions communes, et celles sur lesquelles nous sommes en désaccord. Je pense qu’il y aura trois grandes questions lors du sommet de Lisbonne. La première – c’est le contenu de la Nouvelle conception stratégique de l’OTAN.
La deuxième – nous nous attendons à ce qu’il y ait un débat sérieux sur les risques de missiles, sur la défense anti-missiles du continent européen – or le secrétaire général de l’OTAN Anders Fogh Rasmussen a maintenant pris l’initiative d’inviter la Russie dans ce débat. Et la troisième question – c’est un débat sur l’Afghanistan, parce que c’est un problème commun, une plainte commune.
De l’Afghanistan vient une menace pour notre sécurité. Et la Fédération de Russie contribue au sérieux pour les pays de l’OTAN dans leur aide au peuple afghan à trouver une plus grande autonomie, une plus grande compétence en vue d’assurer la stabilité dans ce pays, et la stabilité dans la région.”

euronews :
“Auparavant, Moscou était fermement opposé à l’adhésion a l’OTAN de l’Ukraine et de la Géorgie.
Avez-vous changé votre position ? Êtes-vous prêt à accepter une telle expansion, et si – oui, dans quelles conditions ?”

Dmitri Rogozine :
“La Russie est fermement opposée à une nouvelle expansion de l’OTAN vers l’Est.
Nous sommes opposés à l’approche vers nos frontières de l’infrastructure militaire d’un étranger.
Mais le paradoxe c’est que ce n’est pas seulement la Russie qui ne veut pas de l’adhésion de l’Ukraine et de la Géorgie à l’OTAN.
L’Ukraine ne veut pas entrer dans l’OTAN. Quant à la Géorgie, l’OTAN a déjà poussé la Géorgie à mener il y a 2 ans et demi une action complètement folle à l‘égard de deux de ses régions autonomes : l’agression contre l’Ossétie du Sud, et pire : l’assassinat de casques bleus russes.
Je pense que ces faits ont fermé les perspectives d’adhésion de la Géorgie à l’OTAN pour très longtemps.
Bien sûr, l’OTAN répète rituellement que la politique de la porte ouverte reste d’actualité. Et qu’elle attend toujours l’Ukraine et la Géorgie, mais en fait, les gens sérieux en Occident comprennent que la Géorgie et l’Ukraine sont désormais aujourd’hui plus éloigné de l’OTAN qu’il y a 3 ans.”

euronews :
“Quand les Européens et les Américains discutent de la possibilité de créer un système de défense antimissile en Europe, sont convaincus que la menace viendra de l’Iran. Moscou voit-elle aussi cette menace ?”

Dmitri Rogozine :
“En général, nous n’aimons pas diaboliser un autre pays,… désigner un méchant, tout en se considérant en meme temps comme des bons garçons. C’est injuste. Nous croyons que la méthode militaire, la méthode de la menace par les armes ne résoudra aucun problème. L’Iran est un pays avec une forme démocratique de gouvernement,.. avec des élections, de vraies élections, ce n’est pas la tyrannie !”

euronews :
“Quelle pourrait être la coopération entre la Russie et l’OTAN sur la question du système de défense antimissile ?”

Dmitri Rogozine :
“Je ne veux pas anticiper ce que va dire le président russe à Lisbonne. Je pense qu’il est prêt pour un débat sérieux sur les questions de l’examen de la menace globale – nous complétons le travail sur ce dossier pour le sommet de Lisbonne, il est prêt aussi à proposer des nouvelles idées intéressantes et des initiatives russes. Je pense que le sommet à cet égard sera très constructif.”

euronews :
“L’OTAN continue l’operation en Afghanistan. Est-ce que la Russie participera à cette guerre directement ou par la fourniture d’armes ? La situation en Afghanistan se reflète-t-elle aussi sur la Russie ?”

Dmitri Rogozine :
“La Russie comme à l‘époque l’Union Soviétique était déjà en Afghanistan et a participé à la guerre en Afghanistan. Nous étions là-bas et ca ne nous a pas plu. Et je pense que bientôt ça ne plaira plus à nos collègues de l’OTAN.”