DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Inflexible sur les retraites, mais plus sur la fiscalité


France

Inflexible sur les retraites, mais plus sur la fiscalité

Stabilité et continuité : deux principes invoqués par Nicolas Sarkozy pour justifier son remaniement a minima du gouvernement. Dans une intervention d’une heure et demie, le chef de l’Etat français est revenu sur la politique menée ces trois dernières années et défendu ses choix en matière d’immigration.

“Si on ne maîtrise pas les flux migratroires, on organise le collapse de notre système d’integration”, a déclaré Nicolas Sarkozy.

En revanche, le président français renonce au bouclier fiscal, mesure emblématique de son quinquennat. L’Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) devrait lui aussi être supprimé pour laisser place à un nouvel impôt sur le patrimoine. Une réforme fiscale censée amortir les problèmes de concurrence avec la première économie européenne.

“Je ne peux pas accepter les déficits de compétivité avec notre principal client et notre principal partenaire qui est l’Allemagne”, a ajouté le chef de l’Etat français.

Sans surprise, Nicolas Sarkozy s’est félicité de la mise en place de la réforme des retraites. Elle permettrait au régime des retraites “d‘être excédentaire en 2020”, une affirmation contestée par la gauche.

“Le travail ne se partage pas. Dans un pays, plus il y a de gens au travail plus il y a croissance, plus il y a de la richesse, plus il y a donc de possibilité d’emplois pour les jeunes”, a estimé Nicolas Sarkozy.

Enfin, Nicolas Sarkozy ne se serait pas encore décidé à être candidat à sa réelection en 2012, un mensonge pour l’opposition qui voit dans son nouveau gouvernement la formation d’une équipe de campagne.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Mariage de William: un peu de bonheur dans un pays en pleine austérité