DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Thon rouge : la bataille des quotas commence à Paris

Vous lisez:

Thon rouge : la bataille des quotas commence à Paris

Taille du texte Aa Aa

La bataille pour le thon rouge de l’Atlantique se livre à Paris. Les écologistes, Greenpeace et le Fonds mondial pour la nature –en tête–, comptent bien peser sur les négociations qui vont se jouer dans la capitale française.

En effet Paris accueille jusqu‘à la fin du mois la réunion du CICTA, la Commission qui établi les quotas de pêche pour le Thon dans l’Atlantique et la Méditerranée.

“Globalement aujourd’hui il y a encore un vrai problème et de dépassement de quota, et de pêche illégale et de surcapacité. Il y a trop de bateaux pour trop peu de poissons. Il y a eu une baisse des quotas qui est importante depuis plusieurs années mais ce n’est pas encore assez et ça nous semble important d’aller au-delà”, explique François Chartier de Greenpeace

Pour les écologistes, les quotas doivent descendre en dessous de 6.000 tonnes pour l’année prochaine contre 13.500 tonnes actuellement. Un chiffre qui reste en travers de la gorge des pêcheurs. “Je dis que si il faut descendre à 6.000, il vaut mieux arrêter la filière, on arrête tout de suite et on laisse la pêche illégale”, martèle Mourad Kahoul, président du syndicat des pêcheurs de thon de la Méditerranée.

Les scientifiques du CICTA préconisent le maintien des quotas tels qu’il est actuellement ce qui laisse selon eux une probabilité de 60% de chances d’arriver à un niveau durable de stocks d’ici 2022. Quatre vingt pour cent des exportations de la Méditerranée sont absorbées par le Japon, où le thon rouge est très apprécié pour sa chair.