DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Russie accepte le projet de bouclier antimissile à condition d'y participer vraiment

Vous lisez:

La Russie accepte le projet de bouclier antimissile à condition d'y participer vraiment

Taille du texte Aa Aa

La querelle provoquée par la guerre russo-géorgienne en août 2008 est oubliée. Le sommet de l’Otan à Lisbonne a permis de réconcilier l’Alliance atlantique et la Russie. Elles vont coopérer pour mettre en place un bouclier antimissile en Europe. Mais le président russe insiste sur la qualité de cette coopération: “Notre participation doit être à la hauteur, a déclaré Dmitri Medvedev. Je veux dire que notre participation doit intervenir dans le cadre d’un véritable partenariat, il n’y a pas d’autre option”.

Le bouclier consiste à installer un réseau de radars et d’armement afin de détecter et détruire des missiles, et de protéger ainsi la population européenne. La menace, selon le président français, vient clairement de l’Iran. “Aucun nom ne figure dans les documents publics de l’Otan, a indiqué Nicolas Sarkozy, mais la France appelle un chat un chat. La menace des missiles, aujourd’hui c’est l’Iran”. Comme une réponse du “berger à la bergère”, l’Iran a justement procédé à des exercices militaires pendant toute la durée du sommet de l’Otan. Le régime de Téhéran affirme avoir testé avec succès de nouveaux missiles anti-aérien plus performants.