Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Les Irlandais tentés par l'émigration

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Les Irlandais tentés par l'émigration

<p>L’Irlande est le premier pays de la zone euro a entrer officiellement en récession en septembre 2008,suite à l‘éclatement de la bulle immobilière. Un coup de frein à l’insolente croissance du Tigre Celte, 6% en 2007.</p> <p>En trente ans, ce pays pauvre et agricole est devenu l’une des économies les plus prospères et dynamiques d’Europe. Revenu par tête d’habitant dépassant l’Allemagne et le Royaume Uni, smic horaire à 8,65 euros, l’un des plus élevé d’Europe…. L’une des clés de ce miracle: la compétitivité fiscale pour attirer les multinationales américaines. L’emblème, l’impôt sur les sociétés à 12.5%. Il a rapporté près de 4 milliards en 2009, 3,1 milliards prévus pour 2010, soit 10% des revenus du gouvernement. </p> <p>Mais ce libéralisme économique s’efface fin 2008 lorsque l’Etat doit venir à la recousse des banques infestées de produits toxiques, notamment l’Anglo Irish Bank qui est nationalisée. Les quelque 50 milliards d’euros destinés aux banques vont propulser le déficit budgétaire à 32% du <span class="caps">PIB</span>. </p> <p>Le gouvernement doit prendre des mesures d’austérité, notamment lors du budget voté en décembre 2009.</p> <p>Les salaires des fonctionnaires sont coupés de 5% à 15%, une économie d’un milliard d’euros . </p> <p>Les indemnités chômage sont coupées elles de 4%: soit une économie de 660 millions d’euros.</p> <p>Avec un chômage à 14% et la machine économique grippée, les irlandais commencent à ne voir d’autre issue que l‘émigration. </p> <p>“Oh, je songe à émigrer, je crois qu’en Australie, au Canada, il y a plus de possibilités, plus de travail, C’est sûrement mieux à long terme…” estime Gerry Kitterick, ouvrier en bâtiment.</p> <p>L’angoisse du lendemain et les difficultés touchent aussi les travailleurs plus qualifiés, comme cette chercheuse, Sophia Millington-Ward : “Environ 40 pourcent des gens dans mon secteur, la recherche génétique, connaissent des difficultés, ils cherchent ailleurs et vont partir..” dit-elle.</p> <p>On estime que 5000 personnes quittent l’Irlande chaque mois pour aller travailler ailleurs. Un retour en arrière amer pour ce pays marqué par un passé d‘émigration de masse.</p>