DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Fronde des scanners dans les aéroports américains

Vous lisez:

Fronde des scanners dans les aéroports américains

Taille du texte Aa Aa

C’est le week-end le plus chargé de l’année dans les aéroports des Etats-unis, celui de Thanksgiving, qui commence ce jeudi, et pour les Américains, la fête pourrait virer au cauchemar. Car les voyageurs sont invités à protester contre les mesures de sécurité anti-terrroristes renforcées dans les salles d’embarquement en refusant les scanners corporels et les fouilles manuelles jugées trop impudiques… De quoi rallonger considérablement les files d’attente.

«C’est vraiment trop personnel, trop intime, je ne veux pas que des étrangers touchent le corps de mes fils, ce n’est pas nécessaire”, dit cette voyageuse.

Mais d’autres pensent que la sécurité renforcée est le prix à payer face aux menaces terroristes :

“Tout le monde dit que ces palpations sont dérangeantes, je crois qu’on a oublié qu’il y a un an, un voyageur avait caché des explosifs dans ses sous-vêtements” rappelle cet américain.

Les autorités ont fait un geste, en permettant aux pilotes d’avion américains, déjà soumis à des contrôles draconiens, d‘éviter les nouvelles mesures de sécurité. Mais elles ne sont pas prêtes à la même tolérance pour les passagers ordinaires :

“La plupart des Américains n’ont pas l’habitude des palpations rendues obligatoires par la loi. Naturellement, nous allons écouter les préoccupations, nous allons faire des ajustements, mais pas des changements qui pourraient avoir une incidence sur notre capacité à rendre le transport aérien absolument sur” a dit Janet Napolitano, la secrétaire américaine à la Sécurité intérieure.

L’opinion est divisée sur la question. 64 pourcent des Américains se disent favorables aux scanners, mais 50 pourcent estiment que les fouilles manuelles renforcées vont trop loin.

L’Europe elle, reste partagée sur l’usage de ces scanners corporels. Certains aéroports en Grande-Bretagne ont commencé à les utiliser, tandis que d’autres pays comme l’Italie ont dit un non catégorique.