DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La Nouvelle Zélande pleure ses mineurs disparus


Nouvelle-Zélande

La Nouvelle Zélande pleure ses mineurs disparus

Les drapeaux sont en berne aujourd’hui dans l’archipel, en hommage aux vingt-neuf hommes disparus après plusieurs explosions dans une mine près de Greymouth, vendredi dernier.

La bourse de Nouvelle Zélande, à Wellington, a fait cinq minutes de silence avant son ouverture en hommage aux mineurs, et les All Blacks ont annoncé qu’ils allaient porter des brassards blancs pour leur prochain match contre le pays de Galles samedi.

Le Premier ministre John Key, qui porte sur ses épaules ce véritable drame national, a promis de remuer ciel et terre pour en trouver les causes :

“Il y a des questions de base aux quelles il faut répondre. Quelle est la cause de l’explosion ? Qu’aurait-on pu faire pour l‘éviter ? Avons-nous dirigé les secours comme nous aurions du ? Je crois que oui, mais bien-sûr pour que l’enquête soit complète nous répondrons quand-même à cette question et à toutes les autres”.

Les mineurs, dont les corps ne peuvent pas encore être récupérés à cause du gaz dans la mine, avaient de 17 à 62 ans… Ce père a perdu l’un de ses fils, l’autre est l’un des deux seuls mineurs qui ont pu sortir de la mine :

“J’ai perdu un garçon merveilleux, j’ai perdu un fils. Et je remercie Dieu de m’avoir rendu mon autre fils”.

Pendant cinq jours, les prélèvements ont montré une très forte concentration de gaz toxiques et hautement inflammables dans la mine, empêchant les équipes de secours de descendre sous terre.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

10 000 étudiants en colère contre le gouvernement britannique à Londres