DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Catherine Ashton : "la franchise peut vous aider à formuler vos politiques"

Vous lisez:

Catherine Ashton : "la franchise peut vous aider à formuler vos politiques"

Taille du texte Aa Aa

Catherine Ashton, Haute représentante de l’Union pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité : “Il ne s’agit pas de créer la 28ème politique étrangère. Il s’agit de reconnaître que ce que nous faisons à 27, en délivrant le même message, est plus efficace dans le monde. Si l’on veut la prospérité économique pour les citoyens, on a besoin de meilleurs accords commerciaux. Nous passons des accords commerciaux à 27 et cela nous donne plus de pouvoir économique. De même, si l’on veut peser plus sur les grandes questions de politique étrangère, de sécurité, de stabilité et de changement climatique, en agissant et en parlant ensemble, nous pouvons faire plus, et c’est là que l’Europe est la plus forte.”

Sergio Cantone, euronews : “Comment allez vous gérer les positions divergentes que l’on voit parfois parmi les Etats membres ?”

Catherine Ashton : “Evidemment, les Etats membres appréhendent la politique étrangère en fonction de leurs intérêts nationaux et c’est normal. Lorsque je préside le Conseil des Affaires étrangères, 27 ministres se réunissent, nous nous retrouvons pour parler des questions qui nous préoccupent, par exemple le Proche-Orient, l’Iran, le Soudan, ce qui se passe aussi en Somalie avec la piraterie. Toutes ces choses ont un impact sur les vies de nos citoyens. Et lorsque nous le pouvons, nous nous mettons d’accord sur des positions communes, et ces positions communes nous renforcent parce que nous les adressons au monde.”

euronews : “Pensez-vous que la diplomatie et la politique étrangère devraient être plus transparentes ?”

Catherine Ashton : “Je pense que vous devez toujours avoir la possibilité de parler de manière confidentielle. Dans ma vie, j’ai souvent eu à m’occuper de liberté de l’information, et je pense qu’il est très important que les citoyens sachent et comprennent comment les décisions sont prises et ce qui se passe au niveau gouvernemental. Mais il y a toujours ce besoin d‘être sincère et ouvert dans les discussions qu’ont les gens dans les réunions ou lors de leurs visites à travers le monde, parce que cette franchise peut vous aider à formuler vos politiques. Cela ne veut pas dire que c’est ce que pensent les opinions publiques ou que c’est ce que vous mettrez en avant, mais cela signifie que vous aurez beaucoup d’informations, et c’est important.”

euronews : “Etes-vous préoccupée par les problèmes budgétaires de l’Union européenne ?”

Catherine Ashton : “Nous vivons dans ce climat économique, et les mesures d’austérité qui sont prises doivent se refléter dans le travail du service. Nous devons faire mieux, nous devons optimiser les coûts, nous devons être à la hauteur de l’argent investi et j’en ai fait un des paramètres de notre action. Je pense que nous pouvons y parvenir, mais le plus important est de mieux nous faire comprendre des personnes que nous représentons.”

euronews : “Quel est d’après vous, en termes géographiques, le dossier de politique étrangère le plus important pour l’Union européenne ?”

Catherine Ashton : “Le dossier de politique étrangère le plus urgent, plutôt que le plus important, c’est l’Iran. La semaine prochaine, je serai à Genève pour rencontrer les Iraniens et commencer les discussions sur leurs capacités d’armement nucléaire. C’est important pour moi. Mais si vous regardez à travers le monde, et si vous le faites depuis la perspective des 27 Etats membres, vous verrez diverses priorités. Toutes ont en commun le besoin d’avoir une politique commune solide là où nous le pouvons, dans nos relations avec la Russie, avec la Chine, avec l’Inde, avec les Etats-Unis. Et évidemment, pour moi, la grande priorité, c’est ce que nous faisons dans notre voisinage, notre efficacité dans le soutien aux pays de notre voisinage à l’avenir. D’une certaine manière, c’est là que l’Europe jouera sa réputation.”