DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le fondateur de WikiLeaks ballotté entre un mandat d'arrêt international et une controverse mondiale

Vous lisez:

Le fondateur de WikiLeaks ballotté entre un mandat d'arrêt international et une controverse mondiale

Taille du texte Aa Aa

Sa tête n’est pas mise à prix, mais presque. Le fondateur de WikiLeaks fait depuis depuis hier soir, l’objet d’un mandat d’arrêt international. Julian Assange est recherché pour viol et agression sexuelle présumée.

Rien à voir donc avec la mise en ligne ce lundi de 250 000 télégrammes confidentiels du département d’Etat américain.

Cette diffusion place pourtant une nouvelle fois l’ancien pirate informatique au coeur d’une controverse mondiale, même si du côté des Etats-unis, on relativise.

“Nous sommes encore et par essence, comme il a déjà été dit, “la nation indispensable”.

Les autres nations continueront à traiter avec nous. Elles continueront à travailler avec nous, à partager des informations dites sensibles. Cette histoire est-elle gênante? Oui. Julian Assange est-il gênant? oui. Les conséquences pour notre politique étrangère? Elles sont, je pense, d’ordre plutôt modestes”, a assuré le secrétaire à la Défense américain, Robert Gates.

Le Pakistan, lui, tempère. Aucun risque que des extrémistes musulmans aient accès à ses armes nucléaires, assure islamabad. C’est en effet ce que laissent transpirer les documents publiés sur wikiLeaks.

Autant de dossiers qui dévoilent pêle-mêle

l’hostilité de nombreux pays arabes vis à vis de l’Iran, les soupçons de corruption sur certains pays ou encore le peu de considération des diplomates américains pour les chefs d’Etat européens. Sans parler de l’irritation supposée de la Chine à l‘égard des agissements de son allié nord-coréen.