DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Cap sur le multilinguisme

Vous lisez:

Cap sur le multilinguisme

Taille du texte Aa Aa

Irlande : réanimer le gaélique

Dans cette école de la banlieue de Dublin, le gaélique, comprenez l’irlandais, est la langue principale. Certains enfants ne parlent que l’anglais à la maison, mais leurs parents ont tenu à ce qu’ils maîtrisent aussi une langue vieille de 3000 ans, au fondement de la culture et de l’identité irlandaise.

Luxembourg : trois langues, au moins

Dans le petit Grand duché du Luxembourg, le multilinguisme va de soi. Lové contre ses voisins français, allemand et belge, le pays compte un demi million d’habitants, à 40% d’origine étrangère. Ici, trois langues officielles : le français, l’allemand et le luxembourgeois. On les pratique dès l’enfance. Elles sont la clé de la compétitivité internationale de ce petit Etat.

France : un petit coin de Japon

Cela fait 4 ans qu’elle est en France mais Minako Nakashima refuse d’abandonner le rythme nippon : elle se lève tous les jours à 5 heures, répond à ses emails et regarde les infos sur le net en sirotant un thé amené directement du Japon par les amis qui lui rendent visite. Après le petit-déjeûner, elle prépare ses cours et part à l‘école.

Minako Nakashima dirige la section japonaise de la Cité Scolaire Internationale de Lyon. Un établissement réputé: plus de 2000 élèves, 8 sections internationales, deux européennes et une orientale. 200 professeurs assurent les cours.