DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Allassane Ouattara/Laurent Gbagbo : Portraits croisés

Vous lisez:

Allassane Ouattara/Laurent Gbagbo : Portraits croisés

Taille du texte Aa Aa

Alassane Ouattara, à gauche, versus Laurent Gbagbo, a droite. Le duel entre ces deux hommes que tout oppose est à l’image de la Côte d’Ivoire : un pays coupé en deux.

Laurent Gbagbo, 65 ans, chrétien évangéliste, est à la tête de cette ancienne colonie française depuis maintenant une décennie. Avant d’accéder à la présidence, l’ancien professeur d’histoire, issu de l’ethnie Bété, s’oppose farouchement au père de l’indepéndance, Felix Houphouêt-Boigny.

Il connaît l’exil en France de 1982 à 1988.

Alassane Dramane Ouattara, 68 ans, surnommé ADO par ses partisans, a obtenu un doctorat en économie à l’Université de Pennsylvanie aux Etats-Unis. Il fut premier Ministre sous Felix Houphouêt-Boigny. Né dans le centre du pays, il appartient a l‘éthnie Dioula et est de confession musulmane.

En 1999, Alassane Ouattara renonce à son poste de directeur general adjoint du FMI à Washington pour rentrer en Côte d’Ivoire. Une Junte militaire, menée par le général Robert Gueï, a renversé le Président Bédié en place et promis des élections présidentielles. Ouattara annonce alors sa candidature : “ Le régime précédent était une dictature. Les changements qui ont eu lieu ont permis de libérer le pays dans l’optique de bâtir une démocratie”, déclare-t-il.

Mais Ouattara sera exclu de l‘élection présidentielle sous prétexte qu’il n’est pas Ivoirien à cent pour cent, sa mère étant originaire du Burkina Faso.

Et c’est finalement son rival, Laurent Gbagbo qui accède a la présidence en 2000 suite à des élections controversées. Son investiture est précédée de trois jours de violences politiques et ethnico-religieuses. Les deux hommes se rencontrent devant les caméras, en signe de réconciliation.

Dix ans plus tard, Laurent Gbagbo est toujours à la tête de la Côte d’Ivoire. Lors de la dernière campagne présidentielle, il joue la carte du nationalisme et du patriotisme. Et il accuse son adversaire politique d‘être à la botte de la France, l’ancienne puissance coloniale.

Son rival, Alassane Ouattara, met surtout en avant pendant la campagne ses compétences comme économiste. Il pense pouvoir sortir la Cote d’Ivoire de la stagnation economique qui dure depuis déjà dix ans.