DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Patrick N'Gouan : "Il faut revoir toute la gouvernance en Côte d'Ivoire"

Vous lisez:

Patrick N'Gouan : "Il faut revoir toute la gouvernance en Côte d'Ivoire"

Taille du texte Aa Aa

euronews a interrogé Patrick N’Gouan, président de la Convention de la Société Civile Ivoirienne, un organe national indépendant qui travaille à la résolution de la crise ivoirienne.

François Chignac – euronews : La crise meurtrit la Côte d’Ivoire et dure maintenant depuis dix ans. Alors aujourd’hui, êtes-vous inquiet ? Le pays doit-il s’attendre à de nouvelles violences dans les heures à venir ?

Patrick N’Gouan, président de la Société Civile Ivoirienne :
Cela est tout à fait possible. Lorsqu’on regarde tout l’environnement africain, où nous avons toujours fait une distinction entre les pays africains démocratiques, les pays africains de bonne gouvernance, et les pays africains de mauvaise gouvernance, et bien dans ces pays africains là, toutes les élections aboutissent à des confrontations, à des violences, à des désolations, et c’est le cas de la Côte d’Ivoire. Il faut donc revoir toute la gouvernance en Côte d’Ivoire. C’est pour cela qu’il faut impliquer la société civile, les professions religieuses, le secteur privé, afin de définir de manière consensuelle un futur partagé, mais aussi un présent partagé de la Côte d’Ivoire.

euronews :
Est-ce à dire, Patrick N’Gouan, que le pays ne pourra jamais tourner la page de cette crise politico-militaire ?

Patrick N’Gouan :
La Côte d’Ivoire peut tourner la page à condition que l’on puisse réellement identifier de manière objective les causes profondes de cette crise et puis prendre des mesures appropriées. Et non des mises en scène diplomatiques ou des considérations d’arrangements politiciens comme c’est le cas aujourd’hui.

euronews :
Quelle est la nature véritable de cette crise ? Est-ce une crise politique, est-ce une crise économique ? Est-ce une crise sociale ou culturelle ?

Patrick N’Gouan :
La crise ivorienne comporte les trois aspects. Elle a un aspect économique. Cela fait plusieurs années que le pays est en crise économique. Les ressources disponibles ne suffisent pas pour faire face aux besoins économiques et sociaux des populations. Tous les indicateurs macro-économiques et micro-économiques sont en dégradation depuis ces vingt dernières années. A cela s’ajoute une crise politique; tous les indicateurs sociaux se sont dégradés. Donc il y a une précarité qui fait qu’aujourd’hui le taux de pauvreté atteint au moins 50% de la population. Donc crise économique et précarité sociale préparent le lit à une instabilité politique.

euronews :
Concrètement, Patrick N’Gouan, quelle est la solution ?

Patrick N’Gouan :
Il faut que l’on arrive à faire en sorte que la Côte d’Ivoire soit dirigée de manière participative par l’ensemble de la population et l’ensemble des systèmes qui font prévaloir des valeurs et des principes. Et non pas un contexte où il s’agit de desiderata de certaines personnalités qui déterminent le sort de toute une nation. Malheureusement, c’est le cas aujourd’hui.

A propos de Patrick N’Gouan :
Il est le président de la Convention de la Société Civile Ivoirienne (CSCI), une plate-forme d’ONG, d’associations et d’organisations religieuses ou syndicales. Créée en 2003 à l’initiative de la Ligue Ivoirienne des Droits de l’Homme, la CSCI est un organe national indépendant. Elle donne, entre autres, des avis consultatifs sur les questions liées à la résolution du conflit ivoirien. La Convention comprend aujourd’hui cinquante-sept organisations ivoiriennes. Patrick N’Gouan dirigeait auparavant la Ligue Ivoirienne des Droits de l’Homme.