Fermer
Identifiez-vous
Merci d’entrer vos identifiants de connexion

ou Rejoignez la communauté euronews

Avez-vous oublié votre mot de passe ?

Skip to main content

Dernière Minute
  • Les renforts de peshmergas irakiens quittent la Turquie pour se rendre à Kobané (AFP)
  • Ebola : le Canada ne délivre plus de visa pour les pays touchés par l‘épidémie – AFP
  • Burkina : Washington appelle à une transition dans le respect de la Constitution – AFP
  • Burkina: un groupe d’officiers dit “prendre le destin du pays en main”, annonce la fermeture des frontières -AFP
  • Burkina Faso : l’Union européenne appelle à des “élections démocratiques” – AFP
  • Un mort et un blessé grave dans le crash du vaisseau SpaceShipTwo (police) – AFP

Eclipsées les querelles commerciales et énergétiques. L’Union européenne et la Russie affichent leur entente. Et le sommet qui les réunissait à Bruxelles a été l’occasion de faire avancer un dossier cher à Moscou :

“Après notre accord avec les Etats-Unis et maintenant avec l’Union européenne, l’adhésion de la Russie à l’OMC devient pratiquement une réalité”, s’est félicité le Président Dmitri Medvedev.

Voilà 17 ans que la Russie réclame avec plus ou moins d’insistance son adhésion à l’Organisation mondiale du commerce. Ce devrait être fait l’année prochaine. Avec le protocole d’accord signé ce mardi à Bruxelles, les principaux différents commerciaux ont été aplanis, et Moscou a officiellement le soutien des Vingt-sept.

“Des problèmes récents concernaient notamment une hausse considérable du niveau des taxes sur les importations automobiles et concernaient aussi les taxes douanières sur les exportations de bois. Ces bonds ou soubresauts de la politique commerciale russe ne seront pas compatibles avec une appartenance à l’OMC”, explique Michael Emerson du Centre for European Policy Studies.

La Russie a d’autres attentes, notamment, la suppression des visas pour les citoyens russes voyageant en Europe, mais celle-là ne sera pas satisfaite de sitôt.

“Une libéralisation du régime des visas et un bon équilibre commercial entre l’Union européenne et la Russie – en particulier après la garantie de son adhésion à l’OMC – auraient permis au Président Medvedev de repartir à Moscou son cadeau de Noël en poche. Il aurait même eu un avantage sur son rival non déclaré dans la prochaine course au Kremlin, le Premier ministre Vladimir Poutine”, commente notre correspondant Sergio Cantone.

Copyright © 2014 euronews

Plus d'actualités sur :