DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Kosovo : la démocratie à l'épreuve des urnes

Vous lisez:

Kosovo : la démocratie à l'épreuve des urnes

Taille du texte Aa Aa

Pour la première fois depuis la proclamation de l’indépendance en 2008, plus d’1,5 million d’inscrits sont appelés à élire 120 députés ce dimanche.

Un scrutin précipité par l‘éclatement de la coalition au pouvoir en septembre. Mais la Commission électorale l’assure : tout est fin prêt.

“Nous sommes aidés par la police kosovare, la mission européenne de justice et de police EULEX et la KFOR, précise sa responsable,Valdete Daka, je ne pense pas qu’il y aura des difficultés.”

A ce jour, 72 pays, dont les Etats-Unis et 22 des 27 membres de l’Union européenne, ont reconnu l’indépendance du Kosovo. Mais la Serbie le considère toujours comme sa province méridionale.

Instaurer un dialogue d‘égal à égal avec Belgrade fera partie des priorités de la prochaine majorité.

Le favori reste le Parti démocratique du Kosovo de Hashim Thaçi. Le premier ministre sortant est l’homme fort du Kosovo depuis plus de dix ans.

Il a promis, entre autres, de relever les salaires des fonctionnaires et de délivrer des visas à tous les Kosovars pour circuler librement en Europe.

Son parti est talonné dans les sondages par la Ligue démocratique du Kosovo de son ancien partenaire de coalition, Isa Mustafa.

Ce dernier, actuel maire de Pristina, espère capitaliser sur le mécontentement grandissant de la population, dans un pays gangréné par la corruption et où le chômage touche près de la moitié des actifs.