DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Turbulences de la zone euro : les Européens veulent voir au-delà

Vous lisez:

Turbulences de la zone euro : les Européens veulent voir au-delà

Taille du texte Aa Aa

Un mécanisme d’entraide, prochainement permanent. C’est en substance ce qu’aura donné ce sommet européen. Le fonds temporaire pour secourir les naufragés de la zone euro deviendra définitif en 2013. Pas sûr que cela suffise à rassurer des marchés plus préoccupés par le court-terme. Mais les dirigeants européens, France et Allemagne en tête, veulent voir au-delà :

“Il faut sans doute maintenant aller plus loin. Ca sera un travail des premières semaines du début d’année, pour la mise en place du gouvernement économique de la zone euro et de la convergence des politiques économiques”, a déclaré Nicolas Sarkozy.

Paris et Berlin parlent même d’harmoniser la fiscalité et les retraites. Les euro-obligations, projet cher au Premier ministre luxembourgeois, devront, elles, attendre :

“Le débat et son issue n’ont constitué pour moi aucune surprise. Déjà, avant le conseil, ceux qui s‘étaient déclarés d’accord avec les grandes lignes de ce que j’ai pu proposer l’avaient dit, et ceux qui étaient farouchement opposés à cette idée, n’avaient pas manqué de faire connaître leur point de vue. C’est une idée qui fait son chemin, qui un jour verra le jour, on verra”, a commenté, philosophe, Jean-Claude Juncker.

“Et la proposition des euro-obligations semble prendre forme”, ajoute notre correspondant à Bruxelles, Sergio Cantone. “Elle n’a pas été tout à fait rejetée, au contraire. Elle sera considérée et évaluée par les Etats membres dans les prochains mois. Le dernier pays à s’y opposer, avec quelques autres, mais en haussant davantage le ton, c’est l’Allemagne.”