DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Loi sur les médias : le gouvernement hongrois persiste

Vous lisez:

Loi sur les médias : le gouvernement hongrois persiste

Taille du texte Aa Aa

Le gouvernement hongrois persiste dans la défense de sa loi sur les médias qui enflamme le début de sa présidence européenne. A la déferlante des critiques, Viktor Orban répond qu’il modifiera la loi si l’Union le demande, mais à la condition que d’autres pays européens fassent de même.

Bruxelles doit passer au crible juridique les 200 pages du texte et se contente pour l’instant d’exprimer des doutes. D’autres comme l’Allemagne, le Royaume-Uni ou la France s’inquiètent ouvertement pour la liberté de la presse en Hongrie. Mais le gouvernement les renvoie dans les cordes :

“Cette loi sur les médias suit la tendance européenne. Si vous regardez point par point, et j’espère que les détracteurs de cette loi prendront le temps de le faire, vous vous apercevrez que chaque élément de cette loi sur les médias peut être retrouvé dans d’autres législations sur le même thème en Europe, dans la suédoise, la française ou la britannique”, explique la porte-parole Anna Nagy.

La loi prévoit entre autres des amendes allant jusqu‘à 730.000 euros en cas d’informations jugées partiales ou d’atteinte à l’intérêt public et la morale.

“Même si certains éléments peuvent être retrouvés – parce qu’il y a en effet des restrictions dans chaque législation sur les médias – mais l’ensemble hongrois est le pire patchwork législatif sur les médias qui puisse exister”, soutient Tamas Szigete, un défenseur des libertés civiles.

Cette législation est en tout cas d’ores et déjà en vigueur et ce depuis le 1er janvier, jour où la Hongrie est officiellement devenue la voix de l’Europe pour six mois.