DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Algérie à un tournant politique?

Vous lisez:

L'Algérie à un tournant politique?

Taille du texte Aa Aa

Après la Tunisie, l’Algérie est à son tour touchée par une vague de colère des jeunes. Après une nuit de violence, le calme n’a pas duré ce vendredi, jour hebdomadaire de repos dans le pays. De nouveaux affrontements ont repris entre jeunes et forces de l’ordre dans l’après-midi. Plusieurs villes du pays ont été touchées par ces émeutes, menées par la jeunesse.

75% de la population a moins de 30 ans et 20% de ces jeunes sont au chômage. Leur avenir, ils le voient très sombre : “La solution, c’est de nous laisser aller en Europe. Les jeunes aujourd’hui, soit ils finissent en prison, soit ils émigrent. Le gouvernement nous humilie. Ils viennent d’augmenter le prix du sucre, il faut payer le loyer, l‘électricité, l’eau, le sucre, l’huile, nous sommes tous pauvres…” expliquent ces jeunes.

Colère contre des conditions de vie qui se dégradent et des promesses non tenues. En 2009, le président s‘était engagé à construire un million de nouveaux logements pour faire face aux destructions du séisme de 2003 et à l’explosion de la démographie. Seuls 10 000 ont été livrées en 2010. Et leurs attributions sont opaques.

Et puis, il y a la hausse des prix. De 20 à 30% sur certains produits de première nécessité comme le sucre, l’huile ou la farine en quelques jours.

Ajouté à cela, une rumeur qui se répand comme une traînée de poudre: la police serait prête à déloger les vendeurs à la sauvette.

Même scénario qu’en Tunisie et c’est l’embrasement. Qui rappelle les émeutes de la faim d’il y a 3 ans… “Il est tout à fait imaginable étant donné les tensions que nous voyons que d’ici 2/3 mois nous puissions avoir des émeutes de la faim, ce seront des émeutes de la pauvreté, ce seront des émeutes de la mal gouvernance…” estime cet économiste.

La mal gouvernance. L’autre problème de l’Algérie.

Le pays est riche, en pétrole notamment, mais la population n’en voit pas les dividendes et s’enfonce chaque jour un peu plus dans la pauvreté. Le président réélu en 2009 pour un troisième mandat reste sourd ou en tous cas muet sur la révolte. Alors que revient la question de sa succession sur fond de lutte de pouvoir au sein du régime.

Car beaucoup d’analystes voient dans la situation d’aujourd’hui des similitudes avec les émeutes de 1988. Pénurie, hausse des prix, rumeurs, qui avaient conduit à la fin de 26 ans de règne sans partage du FLN et à l’instauration du multipartisme.

L’Algérie est elle en train de vivre un tournant politique sur fond de crise sociale ? Une chose est sure, ces émeutes témoignent d’une rupture entre le gouvernement et le peuple, avec en toile de fond l’absence de communication. Le risque, en Algérie plus qu’ailleurs, c’est la récupération du mouvement, notamment par les islamistes.


Appel à témoignage
Vous vivez en Algérie ? Racontez-nous ce que vous vivez et ce dont vous êtes témoin.
Quelle est la situation dans votre ville ? Quelle forme prennent les mouvements de protestation ? Et pour mieux comprendre l’origine du mécontentement, partagez avec nous vos difficultés dans la vie quotidienne.
Ecrivez-nous à @euronews.net, sur facebook ou sur twitter.