DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

16h53, 12 janvier 2010

Vous lisez:

16h53, 12 janvier 2010

Taille du texte Aa Aa

Ce 12 janvier, à 16h53 heure locale, une énorme secousse, un gigantesque nuage blanc, le palais présidentiel vacille. Un séisme de magnitude 7 sur l‘échelle de Richter vient de frapper Port-au-Prince et sa région.

Après le fracas et l’incompréhension, c’est le choc, chacun prend la mesure de la catastrophe, on tente de porter secours à des amis, on fuit, comme on peut…

“J’ai entendu le tremblement de terre et tout le monde courait, une maison est tombée sur des gens, raconte cet habitant. Il y avait beaucoup de morts sur le sol. J’ai abandonné tout ce que je portais et j’ai couru dehors. Lorsque je suis sorti, j’ai heurté des personnes et je suis tombé, je me suis relevé et j’ai vu la maison s‘écrouler. “

A ce moment-là, plus de téléphone, plus d‘électricité. Le chaos. Mais avec les portables, on filme, pour se convaincre que c’est vrai. C’est ce qu’a fait ce soldat brésilien quand la cathédrale s’est effondrée : “Elle a failli nous tomber dessus”, crie t-il, face à l’objectif.

Lui en a réchappé, de justesse. La fumée des décombres commence à se dégager. On pressent déjà que le nombre de morts sera démesuré.

Paysage de cataclysme… Et au milieu de l’horreur, des miraculés. Comme cette septuagénaire, prise au piège sous le bâtiment…

‘“Il y a eu ce bruit… se souvient-elle. On s’est regardé avec mon voisin, et je suis tombée à genoux. Je ne sais pas vraiment ce qui s’est passé après, sinon que la salle s’est écroulée sur ma tête.”

Ce jour-là, pour être à l’heure, Ena n’avait pas pris le temps de déjeuner. A 69 ans, elle passera 7 jours et 7 nuits sous les décombres de la cathédrale, blessée, affamée. Ce sauveteur raconte :

“J’ai pu arriver jusqu‘à la dame, et j’ai senti qu’elle me prenait la main et la serrait, c‘était comme si Dieu me touchait la main, et j’ai pu embrasser sa main. Elle me disait “mon fils, mon fils…” J’ai commencé à dégager la zone, nos frères secouristes de Cancún nous ont aidés, et ceux d’ Afrique du Sud aussi.”

Dans le pays coupé du monde durant 24 heures, le décompte des morts est interminable. Peu à peu, des centaines de secouristes vont affluer de toute la planète, mais les chiffres donnent le vertige. Plus de 220 000 morts, 300 000 blessés dont des milliers d’amputés, un million et demi de sans abris.

Le pays le plus pauvre des Amériques vient de subir la pire catastrophe naturelle de ces 30 dernières années à la surface du globe.