DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Haiti : une reconstruction plus lente et complexe que prévu

Vous lisez:

Haiti : une reconstruction plus lente et complexe que prévu

Taille du texte Aa Aa

Le palais présidentiel à Port-au-Prince toujours en ruines, symbole d’une reconstruction qui peine à décoller un an après le tremblement de terre du 12 janvier 2010.

La magnitude du séisme, 7 sur l‘échelle de Richter, et les problèmes structurels de Haiti ont rendu la reconstruction plus lente et encore plus complexe que prévu.

En effet, sur 20 millions de mètres cubes de débris seuls 5% ont été retirés. 105 000 foyers détruits et 208 000 endommagés, mais seulement 15% de foyers temporaires nécessaires ont été contruits.

Du coup les efforts pour reloger les 1,3 millions de sans abri se sont avérés terriblement lents. Selon l’Organisation internationale pour les migrations, 810 000 haitiens vivent sous des tentes dans des camps.

La construction d’une maison temporaire, dont la durée de vie est de 7 à 10 ans, coute 1.800€ pour 25 m2. Beaucoup d’ONG se concentrent sur cette activité. Mais le manque de coordination, réduit l’efficacité des efforts. En plus il y a des problèmes préalables au tremblement de terre qui entravent la reconstruction:

“La majorité des familles sont des locataires, et la majorité des familles ne disposent pas de terrain. Le problème de l’habitat existait avant le tremblement de terre, avec le tremblement de terre le problème s’est accentué. Jusqu‘à présent il n’y a pas encore de solutions pour les familles qui ne possèdent pas de terrain” explique Jacques Philippe Mondesir de l’Ong Diakonie.

A ce problème lié à la reconstruction s’ajoutent d’autres comme l’irruption du choléra dans ce pays ou les conditions sanitaires sont catastrophiques. L‘épidémie a fait plus de 3 400 morts depuis mi-octobre et elles touche maintenant tout le pays.

Les problèmes de coordination, de volonté politique, les écueils sanitaires et juridiques, ont fini par plomber la reconstruction de Haiti, dont les premières prévisions se sont avérées trop optimistes.