DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Niger: interrogatoire de "deux combattants d'Aqmi"

Vous lisez:

Niger: interrogatoire de "deux combattants d'Aqmi"

Taille du texte Aa Aa

La France pointe du doigt Aqmi, Al Qaeda au Maghreb islamique après la mort des deux Français enlevés au Niger où s’est rendu hier le ministre français de la Défense Alain Juppé. L’accusation est martelée par Paris alors que la mort des ses ressortissants n’a toujours pas été revendiquée et qu’au moins deux combattants d’Aqmi étaient interrogés ce mardi à Niamey en présence de policiers français, selon certaines sources.

Lycée français fermé dans la capitale nigérienne, demande de renforcement de la sécurité: la crainte d’un nouveau drame est bien présente au sein de la communauté française du Niger. L’exécution des deux otages a provoqué un choc.

Antoine de Léocour et Vincent Delory ont été enlevés vendredi dans un restaurant du centre de Niamey. Ils ont été retrouvés morts le lendemain après un assaut des forces françaises en territoire malien contre les ravisseurs.

Trois gendarmes nigériens ont été tués dans les combats avec les preneurs d’otages et quatre militaires nigériens ont été blessés.

Des victimes auxquelles les autorités du Niger ont rendu hommage.

Les corps des deux français, eux, doivent arriver en France ce mercredi matin. Ils seront autopsiés à Paris.

Le président français, qui a ordonné l’opération de sauvetage ratée, rencontre en principe aujourd’hui leurs familles.

Avec AFP et Reuters