DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un ministre limogé et l'armée déployée à Tunis

Vous lisez:

Un ministre limogé et l'armée déployée à Tunis

Taille du texte Aa Aa

Selon l’Agence France Presse, des centaines de jeunes ont crié des slogans antigouvernementaux ce mercredi dans la capitale tunisienne.

Plus tôt, le régime du président Ben Ali a annoncé ce mercredi la libération de toutes les personnes arrêtées lors des manifestations contre le chômage et les injustices sociales et le limogeage du ministre de l’Intérieur. La cause du limogeage n’est pas claire. Selon des sources de l’opposition, le ministre aurait exprimé des réserves sur un usage excessif de la force.

Les autorités ont aussi promis la création d’une commission d’enquête sur la corruption que dénoncent opposition et ONG.

“Quatre semaines de répression des manifestations ont prouvé que si ce mouvement ne s’est pas arrêté c’est parce que ses origines sont profondes et ses réclamations sont légitimes et sérieuses, souligne Ahmad Nejib Chebbi, fondateur du Parti démocrate progressiste. Donc, si le régime continue à réprimer ces manifestations, cela ne va pas résoudre le problème bien au contraire. Ce mouvement va prendre davantage d’ampleur. Vous savez que le mouvement de contestation a gagné hier soir la capitale et l’armée s’est déployée dans les principales rues de Tunis. Il y a une autre issue possible à cette crise, le régime doit avoir le courage de reconnaître ses erreurs et ses torts et faire participer tous les Tunisiens pour bâtir un avenir meilleur”.

Le territoire tunisien n’est pas le seul touché.

L’ambassade de Tunisie à Berne en Suisse a été la cible la nuit dernière d’une tentative d’incendie. Ce mercredi, l’Union européenne a une nouvelle fois haussé le ton face à la répression des manifestations.

Avec AFP