DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le jour où la Tunisie a basculé

Vous lisez:

Le jour où la Tunisie a basculé

Taille du texte Aa Aa

Ce 14 janvier restera marqué dans l’histoire de la Tunisie comme le jour où la dictature a été renversée. Après 23 ans de colère contenue, de libertés baillonnées, d’opposants censurés, une marée humaine a pris en main son destin, hier, dans les rues de la capitale.

Le président Ben Ali était encore en place : dans ces dernières heures au pouvoir, il décréte l‘état d’urgence, limoge le gouvernement et annonce des élections législatives anticipées dans un délai de six mois. Mais la rue veut plus, car les Tunisiens ont changé : “Le peuple tunisien est dans la rue, lance Mayy Jribi, secrétaire générale du Parti Démocratique du Progrès. Le peuple tunisien n’a plus peur. Le peuple tunisien revendique la liberté, l‘égalité, la dignité”.

En fin d’après-midi, l’armée prend le contrôle de l’aéroport international de Tunis Carthage. Les principaux aéroports sont fermés, tout comme l’espace aérien.

L’armée qui s’est toujours tenue à l‘écart des violences, joue un rôle dans la démission de Ben Ali.

“J’espère que le peuple tunisien obtiendra ce qu’il revendique, dit un manifestant, pas seulement en ce qui concerne le chômage, et la pauvreté, mais aussi la lutte contre la corruption et le népotisme”.

“23 ans de répression et d’injustice, le peuple doit se débarrasser de ce dictateur, c’est un fardeau sur notre peuple qui lutte”, ajoute un autre.

“Un message à tous les peuples du monde, ne craignez pas les dictateurs, ne craignez pas les dictateurs, ne craignez pas les dictateurs”, crie une femme.

La journée d’hier est encore marquée par les affrontements avec la police, les Tunisiens ne savent pas encore que leur calvaire va prendre fin. Cela fait un mois que le pays se soulève contre le régime totalitaire de Ben Ali. Qui pouvait prévoir que le geste désespéré d’un simple vendeur ambulant de fruits et légumes de Sidi Bouzid allait faire tomber une dictature ?