DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'ex-président Ben Ali, un dirigeant à la poigne de fer

Vous lisez:

L'ex-président Ben Ali, un dirigeant à la poigne de fer

Taille du texte Aa Aa

En novembre 1987, Zine El-Abidine Ben Ali devient le nouveau président de la Tunisie. Il succède, conformément à la constitution tunisienne, à Habib Bourguiba écarté du pouvoir officiellement pour “raison médicales”. Pour “sénilité” attestera alors le rapport médical.

Après deux années d’un pouvoir plutôt libéral, Zine El-Abidine Ben Ali est élu président de la République au suffrage universel cette fois. Candidat unique, il remporte cette élection avec plus de 99% des voix.

On le dit alors populaire dans son pays. Il faut dire que le bilan économique et social de la Tunisie est plutôt reconnu, autant que sont régulièrement dénoncées les atteintes aux droits de l’homme, aux valeurs de la démocratie et à la liberté de la presse dans ce pays. C’est l’autre visage de Zine El-Abidine Ben Ali, celui d’un dirigeant à la poigne de fer.

Après avoir été réélu en 2004 – toujours en frôlant les 100% des suffrages – Ben Ali remporte une nouvelle élection présidentielle en 2009.

Une cinquième victoire et sans doute la dernière. Malgré l’annonce de toutes une série de mesures, de la baisse du prix du pain, du lait et du sucre, à une plus grande liberté pour la presse en passant par la promesse de passer la main en 2014, Zine El-Abidine Ben Ali n’a pas réussi à convaincre son peuple.