DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Une succession dynastique à l'extrême-droite française

Vous lisez:

Une succession dynastique à l'extrême-droite française

Taille du texte Aa Aa

Marine Le Pen prend le relais de son père Jean Marie, à la tête du Front National, le parti qu’il avait fondé en 1972. Cette ancienne avocate s’efforce depuis 7 ans de donner une image plus moderne du Front National dont elle était la vice-presidente : “Je ne me suis jamais moulée dans la vision ni dans le caractère de mon père, ni dans la vision qu’il pouvait avoir lui, de ses propres filles. Donc je pense que j’ai un prénom. Heureusement, d’ailleurs, parce que sinon, si j‘étais uniquement la doublure de Le Pen, je n’apporterais pas grand chose au débat.”

Selon un récent sondage, 46% des français perçoivent Marine Le Pen comme la représentante d’une extrême-droite nationaliste et xénophobe. En décembre 2006, ils étaient 65% à percevoir ainsi son père. Celui-ci a toujours basé son discours sur les valeurs patriotiques et traditionnelles incarnées par Jeanne d’Arc : “Indépendance de la France, identité et sécurité des français, rassemblement des forces nationales, action vigoureuse contre l’ennemi, foi dans l’avenir. Tels furent ses principes et ses objectifs. Six siècles plus tard, tels sont les nôtres.”

Doyen de la vie politique française, Le Pen avait fait son plus grand score à la présidentielle de 2002, en passant au second tour face à Jacques Chirac, un coup de poingt dans la vie politique française, et pour les socialistes conduits par Lionel Jospin… “J’en tire les conclusions, en me retirant de la vie politique, après l‘élection présidentielle” réagira alors le candidat socialiste.

Si en 2007, le FN est laminé aux législatives en n’obtenant que 4,5% des voix, aux régionales de

2010, il bondit à 11,4%… En 2012 Marine Le Pen totaliserait au premier tour de la présidentielle 14% des intentions de voix selon un sondage.

Rejet de l’immigration et politique sécuritaire ont été les thèmes de prédilection du Front National,

longtemps en exclusivité, jusqu’aux présidentielles de 2007 qui ont donné la victoire à Sarkozy. “Il est sûr que Nicolas Sarkozy est venu sur un certain nombre de nos thèmes, que nous défendions depuis 30 ans, envers et contre tous quand même, je me permets de le rappeler. Mais il ne s’agit pas uniquement de parler de nos thèmes, il faut appliquer nos propositions, et ça, il ne le fera pas” dira alors Marine Le Pen.

Ce qui est sur, cette dernière a le vent en poupe, poussée par un discours plus social que son père, plus parlant pour l‘électorat populaire dans ce contexte de crise.