DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Entretien avec notre envoyé spécial à Tunis, Jamal Ezziddini

Vous lisez:

Entretien avec notre envoyé spécial à Tunis, Jamal Ezziddini

Taille du texte Aa Aa

Après le succès de la révolution populaire qui a mené à la chute de Ben Ali, conformément à la constitution, le président du parlement a été nommé président par intérim en attendant des élections législatives et présidentielles.

La rue tunisienne est toujours en effervescence. Jamal Ezzeddini, notre envoyé spécial, à Tunis, fait le point sur la situation.

Daline Hassan, euronews:

Quels sont les derniers développements en Tunisie ?

Jamal Ezziddini, envoyé spécial à Tunis:

Plusieurs événements graves se sont produits ces dernières heures. Depuis la nuit dernière, des groupes armés ont commis des pillages, des bâtiments publics et des grands surfaces ont été saccagés. Les forces de police se sont lancées à leur poursuite pour les arrêter.

Les Tunisiens passent des moments difficiles dans la capitale et d’autres grandes villes. Le couvre-feu a été instauré pour limiter ces actes de vandalisme.

Daline Hassan, euronews:

Internet et les réseaux sociaux comme facebook ont joué un rôle important dans le soulèvement de la population contre Ben Ali ?

Jamal Ezziddini, envoyé spécial à Tunis:

Comme vous le savez, oui, il y a un contrôle strcit sur la liberté de la presse en Tunisie. L’opposition ne pouvait pas faire entendre sa voix ni à l’intérieur, ni à l’extérieur du pays. Et la seule façon qu’avait l’opposition de s’exprimer, c’est Internet, Facebook, Twitter et Youtube.

Daline Hassan, euronews:

Avez-vous des informations à propos de la réunion des partis politiques sur la formation d’un gouvernement de coalition nationale en attendant les élections prochaines ?

Jamal Ezziddini, envoyé spécial à Tunis:

Oui, et bien, en ce moment, des discussions ont lieu et se poursuivent entre les partis politique mais aussi d’autres organisations civiles afin de se mettre d’accord sur la constitution d’un gouvernement de coalition nationale.

Daline Hassan, euronews:

On a appris que des proches de Ben Ali et d’autres personnalités ont été arrêtés, pourriez-vous nous confimer ces informations?

Jamal Ezziddini, envoyé spécial à Tunis:

Certaines sources confirment effectivement l’arrestation de plusieurs personnes proches de Ben Ali mais il y a des informations contradictoires.

On dit que le gendre de Ben Ali, Slim Chiboub a été arrêté à la frontière avec la Lybie. D’autres sources affirment qu’un autre gendre de l’ancien président a réussi à se sauver. Jusqu’à maintenant personne ne connaît le sort de ces personnes arrêtées. Mais certains réclament qu’ils soient menés devant les tribunaux pour être jugés pour toutes les exactions commises durant le règne de Ben Ali.