DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Liban: écoles fermées, armée à Beyrouth

Vous lisez:

Liban: écoles fermées, armée à Beyrouth

Taille du texte Aa Aa

Qui est derrière l’assassinat de l’ex-Premier ministre libanais Rafic Hariri et surtout qui veut le savoir? Des craintes sont bien présentes au Liban après le dépôt ce lundi de l’acte d’accusation par le procureur du Tribunal spécial. L’armée a renforcé sa présence dans plusieurs points de Beyrouth aujourd’hui. Des écoles ont fermé.

Le journaliste britannique Robert Fisk, spécialiste du Proche-Orient évoquait ce matin au micro d’euronews l’ironie autour de l’assassinat d’Hariri:  
“Ce qui est ironique, bien sûr, c’est qu’après le meurtre d’Hariri, tout le monde au Liban disait vouloir savoir qui était responsable. Mais cela a pris tellement de temps aux Nations unies. (…) Maintenant, virtuellement, personne au Liban ne veut savoir qui a tué Hariri parce qu’ils ont peur des ramifications”.
 
Le dépôt de l’acte d’accusation intervient moins d’une semaine après l’effondrement de la coalition gouvernementale de Saad Hariri. Effondrement provoqué par la démission des ministres du puissant Hezbollah de Hassan Nasrallah et de ses alliés. Le Hezbollah, qui s’attend à être mis en cause par le tribunal international.
 
Rafic Hariri a perdu la vie dans un attentat le 14 février 2005 à Beyrouth. L’acte d’accusation a été remis à un juge chargé de l’examiner et de le confirmer avant le lancement de mandats d’arrêt ou de citations à comparaître.
 
 
Avec AFP et Reuters