DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Manifestations et deuil en Tunisie

Vous lisez:

Manifestations et deuil en Tunisie

Taille du texte Aa Aa

Chaque jour, ils profitent de leur nouvelle liberté de parole. Dans le centre de Tunis, plusieurs centaines de personnes ont réclamé la démission du gouvernement de transition où figurent des membres de l’ancien régime, comme le premier ministre Mohammed Ghannouchi.

Une semaine après la chute du régime du président Ben Ali, on observe un calme relatif. L’armée est devenue très populaire pour avoir refusé de tirer sur la foule pendant la révolte.

“Le pouvoir au peuple,” scande une manifestante, Gannouchi démissionne!”

“Le peuple n’est pas calmé,” estime un autre, “il ne sera calmé que si tous les membres de l’ancien régime partent, qu’ils disparaissent.”

La contestation se poursuit, notamment devant le ministère de la Défense, alors que débute un deuil national de trois jours en mémoire des victimes du soulèvement populaire : elles seraient au moins 78 d’après le gouvernement, une centaine selon les Nations Unies.

Manifestations quotidiennes, disparition du nom de Ben Ali dans les sermons des prières du vendredi et libération de prisonniers politiques, la Tunisie est sur la voie du changement.