DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Haïti : Duvalier fait son mea culpa et s'estime persécuté

Vous lisez:

Haïti : Duvalier fait son mea culpa et s'estime persécuté

Taille du texte Aa Aa

Mais que veut Jean-Claude Duvalier ?

Une semaine après son retour en Haïti, la présence de l’ancien dictateur ajoute à la confusion ambiante.

Alors que les candidats à la présidentielle ne parviennent toujours pas à se mettre d’accord sur les résultats du premier tour, Baby Doc est sorti de sa réserve hier.

A 59 ans, il a exprimé ses regrets aux victimes de son règne avant d’endosser lui même le rôle de victime. “Quand j’ai pris la décision de revenir en Haïti pour commémorer avec vous, dans notre pays, ce triste anniversaire, je m’attendais à toutes sortes de persécutions,” a-t-il déclaré.

Jean-Claude Duvalier a été inculpé cette semaine pour corruption, vol, détournement de fonds et abus de pouvoir pendant sa dictature, de 1971 à 1986.

Gerardo Ducas, expert d’Haïti chez Amnesty International, explique que “Duvalier a obligation de rester en Haïti tant que l’enquête est en cours. Cela peut durer trois mois, un an , deux ans…”

Une variable supplémentaire dans un jeu déjà instable : un des candidats recalés au premier tour de la présidentielle menace de lâcher ses partisans dans la rue s’il ne réintègre pas la course.

Sans parler de la situation sanitaire désastreuse un an après le séisme, agravée par une épidémie de choléra.