DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Algérie : la police empêche la tenue d'une marche pacifique

Vous lisez:

Algérie : la police empêche la tenue d'une marche pacifique

Taille du texte Aa Aa

A l’image de la Tunisie voisine, l’Algérie entend elle aussi faire sa propre révolution dans la rue. Mais les autorités, elles, ne voient pas les choses du même oeil.

Prévue de longue date, sans l’accord du pouvoir, la marche pacifique d’hier quadrillée par des centaines de policiers a très vite tourné à l’affrontement avec les forces de l’ordre.

Une cinquantaine de personnes ont été blessées, parmi lesquels un député du RCD, principal parti d’opposition.

“Nous sommes aujourd’hui descendus dans les rues d’Alger, depuis les 48 wilayas (préfectures, ndlr), pour revendiquer un projet de vie différent de celui qui est instauré par le régime algérien. Un régime basé sur la corruption, la fraude électorale et la répression, déclare l’un des manifestants.”

De violentes émeutes contre la flambée des prix ont secoué le pays au début du mois faisant 5 morts et plus de 800 blessés. Une accalmie relative s’en était suivie après que le gouvernement ait ordonné une baisse des prix sur les aliments de base.

Mais au regard des 155 milliards de dollars de réserves dont dispose le pays, la population a le sentiment d‘être de plus en plus laissée pour compte.

155 milliards, soit autant que le PIB du Maroc et de la Tunisie réunis.