DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tunisie : le chef de l'armée dénonce le danger d'un vide politique

Vous lisez:

Tunisie : le chef de l'armée dénonce le danger d'un vide politique

Taille du texte Aa Aa

Alors que la rue poursuit le siège du gouvernement de transition, le chef d‘état-major, le général Rachid Ammar a appelé les manifestants à la modération. Il leur a demandé de quitter les lieux. Ce général, au départ inconnu, est devenu un héros après avoir refusé que ses troupes tirent sur la foule, accélérant ainsi la chute de Ben Ali : “L’armée est garante de la Révolution et elle restera fidèle à la Constitution. Vos demandes sont légitimes. Mais j’aimerais que cette place se vide, pour que le gouvernement travaille, ce gouvernement ou un autre”

Ces appels sont restés lettre morte. Des centaines de manifestants bravaient lundi soir le couvre-feu pour une seconde nuit d’affilée.

Les caricatures de l’ex-régime de Ben Ali et du premier ministre Mohamed Ghannouchi toujours en poste et ouvertement contesté par la foule font toujours florès dans les rues de Tunis.

Parallèlement, on a appris qu’un remaniement du cabinet de transition était imminent pour remplacer les cinq ministres démissionnaires. Ce gouvernement pourrait même être remplacé ou supervisé par un comité des sages selon des sources politiques.