DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Egypte : flambée des prix, chômage, la spirale infernale

Vous lisez:

Egypte : flambée des prix, chômage, la spirale infernale

Taille du texte Aa Aa

La grogne couvait depuis des mois en Egypte, même si seuls quelques uns osaient protester, comme ici, au Caire en août dernier.

Ils dénonçaient l’escalade des prix des denrées alimentaires, inabordables pour une grande majorité des égyptiens.

En Egypte, le pays arabe le plus peuplé avec 80 millions habitants, 40% de la population vit avec 2 dollars par jour, le seuil de la pauvreté selon l’ONU. Dans ces conditions, nourrir sa famille devient un vrai calvaire, surtout pour les plus démunis comme les retraités.

“C’est dur, parfois je fonds en larmes, je ne sais plus quoi faire. Je suis à la retraite et j’ai une famille à nourrir. La viande la moins chère atteint 60 livres égyptiennes le kg, environ 8€” explique Fatma Ismaeil, retraitée.

L’autre plaie de l’Egypte, c’est le chômage qui touche les jeunes diplômés, et même ceux qui sortent de l’université : “Les diplômés ont très peu de débouchés professionnels. Il n’y a pas d’emplois. Chaque année, il y a un grand nombre d‘étudiants diplômés, mais ipas de travail pour eux. Il y a très peu d’offres d’emploi. La plupart de ces diplômés souffrent de dépression et restent chez eux” dit pour sa part Taha Ahmed Kamal, diplômé au chômage.

Ces maux subis par les égyptiens, ce sont les mêmes qui avaient fini par exaspérer les tunisiens, comme le rappelle cet analyste : “La Tunisie a subi le chômage, c’est ce dont souffre l’Egypte également. En outre, en Tunisie les riches ont tout accaparé, et la même chose se passe ici en Egypte : les pauvres n’ont que les miettes, les riches prennent tout…” explique Hamdy Abdel Azim, économiste.

Comme en Tunisie, des égyptiens se sont immolés ces derniers jours. Des actes commis devant des bâtiments officiels vraisemblablement pour protester, mais les autorités ont préféré les attribuer à des troubles psychologiques.