DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Egypte : des milliers de manifestants encore dans les rue malgré le couvre-feu

Vous lisez:

Egypte : des milliers de manifestants encore dans les rue malgré le couvre-feu

Taille du texte Aa Aa

A l’issue d’une après-midi de manifestations dans toute l’Egypte, un couvre-feu a été instauré dans tout le pays.

Malgré l’interdiction de manifester, des centaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues aujourd’hui après la prière du vendredi pour réclamer le départ du président Hosni Moubarak. L’armée a commencé à se déployer dans le Caire. Des coups de feu ont retenti dans des rues du centre vendredi soir peu après l’entrée en vigueur du cessez-feu, ont rapporté des témoins. Des heurts se sont produits aux abords du siège du Parlement, des bureaux du Premier ministre ainsi que d’autres édifices publics, a indiqué un témoin qui a fait état de la présence d’un millier de manifestants et d’une épaisse fumée dans le secteur. La télévision d’Etat a indiqué que des manifestants avaient mis le feu au siège du parti au pouvoir (PND), dans le centre-ville. A Suez, haut lieu des troubles de ces derniers jours, une personne a été tuée cet après-midi, portant à 8 le bilan des victimes cette semaine. Des chars ont faire leur entrée dans les rues de la ville. Le couvre-feu a été décrété dans tout le pays entre 18H00 à 07H00, heure locale, et ce jusqu‘à nouvel ordre.

Des affrontements violent ont eu lieu entre manifestants et forces de l’ordre dans de nombreuses villes du pays aujourd’hui

A Alexandrie, la deuxième ville du pays, les manifestants ont pris le contrôle d’une partie de la ville. Des scènes de manifestation pacifique était visibles dans le centre-ville.

Dans la capitale, les affrontements se sont poursuivis tout l’après-midi. Plusieurs dizaines de milliers de personnes étaient cet après-midi dans la rue dans de nombreux quartiers du Caire, scandant “le peuple veut la chute du régime”, alors que la police semblait totalement débordée et tentait de disperser les foules à l’aide de gaz lacrymogènes et de canons à eau. Parties de plusieurs quartiers de la rive est du Nil, où se trouvent la plupart des bâtiments gouvernementaux, les manifestations ont également gagné de nombreux secteurs de la rive occidentale de la capitale où vivent quelque 20 millions de personnes.

Environ 870 personnes ont été blessées aujourd’hui dans la capitale, dont certaines par des balles en caoutchouc, selon des sources médicales. Des policiers figurent aussi au nombre des blessés, sans que l’on sache leur nombre précis.
Des accrochages ont aussi eu lieu dans plusieurs villes du Delta du Nil, comme Mansoura et Charkia où des dizaines de milliers de personnes sont aussi descendues pour protester.

Credit: @ollywainwright / twitpic.com

La contestation qui a démarré ce mardi 25 janvier a pris une ampleur telle que le président semblerait enfin se décider à s’adresser à la nation. Il devrait parler dans les heures prochainement. Il s’était jusqu’ici fait remarquer par son silence malgré les manifestations qui se multipliaient. Les autorités ont mené cette semaine plus d’un millier d’arrestations parmi les manifestants. Elles ont aussi bloqué l’accès à internet dans la nuit de jeudi à vendredi, ainsi que les réseaux de téléphones portables, une mesure sans précédent dans le pays.