DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le rôle clé de l'armée

Vous lisez:

Le rôle clé de l'armée

Taille du texte Aa Aa

L’armée égyptienne, seule institution forte du pays en ce moment de crise sera-t-elle le moteur de la transition, comme en Tunisie, ou plutôt la bouée de sauvetage du régime?

Les militaires qui ont remplacé les policiers, négligent d’imposer le couvre-feu et fraternisent souvent avec les manifestants. Ici, l’armée reste populaire tout en étant un pilier du système en place.

En outre l’armée égyptienne est militairement puissante. En termes d’effectifs, elle compte 468 500 actifs et 479 mille réservistes. La force aérienne dispose de 461 avions de combat. La marine dispose de 4 sous-marins et 10 navires de guerre. L’armée de terre compte 3 723 tanks et plus de 2 150 missiles.

Le régime actuel, issu du coup d’Etat de 1952 qui a mis fin à la monarchie, a toujours eu comme président un militaire, dont le très charismatique Gamal Abdel Nasser, puis Anwar el Sadat, assassiné par des islamistes en 1981, et son successeur, Hosni Mubarak, issu de l’armée de l’air.

Après avoir été battue en 1967 par Israel, l’armée égyptienne restaure son honneur lors de l’offensive du Yom Kippour, en 1973, qui conduit à un cessez-le-feu et finalement à un bouleversement des rapports avec Israel le 17-09-1978, avec la signature des accords de Camp David. En étant le premier pays arabe à reconnaître l’Etat d’Israel, l’Egypte devient un allié clé des Etats-Unis.

L’armée égyptienne sera donc “indemnisée” pour ne plus combattre son voisin. Le prix est élevé, 1,3 milliards de dollars par an, versés par les Etats Unis en aide militaire à l’Egypte, énorme comparée aux 250 millions d’aide économique américaine.

Une armée quelque part en déclin, privée de la menace extérieure, mais toujours puissante en termes économiques et politiques, comme le prouve la nomination du haut gradé Omar Souleiman à la vice-presidence par Moubarak.