DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

« Welcome to Cairo ! », ou 37 check-points

Vous lisez:

« Welcome to Cairo ! », ou 37 check-points

Taille du texte Aa Aa

01 février, de notre envoyée spéciale au Caire

Vol depuis Munich à bord d’un énorme A340-600. Taux d’occupation des sièges : moins de 10 %, quelques Égyptiens et une petite vingtaine de journalistes (il repart plein).
Vue d’en haut, la route de l’aéroport est très calme : de très rares voitures et un tank.
« Mesdames, messieurs, nous vous souhaitons un très plaisant séjour au Caire et faites attention… au revoir ! »

Arrivée à 15h30 au Caire, les téléphones portables fonctionnent encore et il semble que les routes entre la ville et l’aéroport sont ouvertes, malgré les rumeurs qui circulaient ce matin. Le passage des douanes et la sortie de l’aéroport se fait sans encombres.

Deux cent mètres après le départ, nous nous arrêtons à un check-point de l’armée : un tank et trois soldats. L’ambiance est bon enfant. Les casques sont posés sur le blindé.
« Passeports ? Carte d’identité ? Vous allez où ? » En Égypte, la profession est mentionnée sur les cartes d’identité. Il s’agit de ne pas laisser passer de policier.
Un jeune soldat vérifie un passeport, puis un autre, regarde les occupants de la voiture et ouvre le coffre.
Cinq cent mètres plus loin, déjà un deuxième check-point et un 2è tank.

Troisième check-point de l’armée, ils bloquent l’accès au tunnel d’al-Azhar

Quatrième check-point :
Un comité de civils occupe la chaussée, armée de bâtons.
Après les vérifications de rigueur : « passez ! »

Cinquième et sixième check-point :
Encore des civils, le coffre est à nouveau ouvert. Dix jeunes équipés de bric et de broc se tiennent à côté d’une barrière de police récupérée. Une pancarte (en anglais) est collée dessus « si tu aimes l’Egypte, ne la gâche pas ! »

Septième, huitième et neuvième check-point :
« Vous allez où là ? La question se répète… Toutes les rues secondaires sont quadrillées par des groupes de civils. » Il s’agit de faire régner l’ordre depuis que la police a déserté les rues vendredi dernier. Nous voyageons en zig-zag.

Dixième, onzième check-point :
Les jeunes hommes sont équipés de bâtons, de cannes, d’un fouet, un groupe d’adolescents ont chacun un nunchaku, un jeune soudanais est armé d’une lance.

(…) 20è, 21è check-point :
Encore un check-point de l’armée

22è, 23è check-point :
« Abasseya ? Tout droit ». « Welcome to Cairo »

24è, 25è check-point :
Avoir des essuie-glaces casés ces jours-ci au Caire représente un réel inconvénient. Aux CP, avoir les essuie-glaces de sa voiture soulevés indique que le véhicule vient d’être fouillé. Dommage !

(…) 36è check-point :
Nous arrivons enfin dans le centre-ville. L’impression qu’une grande manifestation se tient non loin se précise. De nombreuses personnes, hommes et femmes, marchent dans la rue, armés de pancartes, de drapeaux.

37è check-point :
Dernier contrôle. Nous arrivons rue Chérif, à moins de 200 mètres de la désormais fameuse place Tahrir. Les rues sont emplies de gens. Aucune voiture. L’ambiance est festive. Le couvre-feu est censé être en vigueur depuis maintenant 2 heures.

Moïna Fauchier Delavigne, envoyée spéciale d’euronews au Caire