DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tahrir, la place qui fait l'Histoire

Vous lisez:

Tahrir, la place qui fait l'Histoire

Taille du texte Aa Aa

Une place nommée Libération. Le symbole allait de soi. Depuis une semaine, la place Tahrir, au coeur du Caire, est l‘épicentre du soulèvement. Vendredi, c’est à coup de gaz lacrymogènes, de canons à eau et de matraques que la foule était dispersée par la police. Quatre jours plus tard, elle scande ses slogans anti-Moubarak sous l’oeil bienveillant de la puissante armée.

“Le peuple égyptien est descendu dans la rue et il est en train de réaliser la plus grande révolution de son histoire moderne, qui dépasserait en importance la révolution de 1919. Maintenant, il n’y a rien de plus important que ça. Il n’est plus possible pour Moubarak de rester au pouvoir, et cette insistance de sa part n’a aucun sens. Elle pourrait seulement déboucher sur un bain de sang”, lance un manifestant.

“Moi, je suis venu à pieds après plus de quatre heures de marche, du fin fond d’Elguiza, et je veux dire à Hosni Moubarak que je suis venu avec mon linceul. Je veux vivre heureux ou mourir”, martèle un autre.

Mères de famille, médecins, chômeurs ou étudiants. La rue leur appartient. Et si près de 40% de la population vit avec moins de deux dollars par jour, aujourd’hui, ce n’est plus seulement du pain qu’ils réclament.

Notre correspondant de conclure : “Ils sont des centaines de milliers sur la place Tahrir à réclamer la chute du régime. Revendication qui paraissait improbable il y a quelques jours, mais qui est désormais à portée de main.”