DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Abhisit Vejjajiva - Premier Ministre de la Thaïlande : "En Thaïlande, les gens peuvent manifester mais pacifiquement, sans armes"

Vous lisez:

Abhisit Vejjajiva - Premier Ministre de la Thaïlande : "En Thaïlande, les gens peuvent manifester mais pacifiquement, sans armes"

Taille du texte Aa Aa

La Thaïlande a fait à nouveau l’expérience des manifestations mais rien à voir avec les débordements meurtriers de l’an dernier. Le premier ministre thaïlandais Abhisit Vejjajiva était présent au forum économique mondial en Suisse la semaine dernière. Notre journaliste Isabelle Kumar l’a rencontré.

Isabelle Kumar, Reporteur Euronews

“Monsieur le Premier Ministre, merci d‘être avec nous. De nouvelles manifestations de la part de vos opposants les chemises rouges et de vos supporteurs les chemises jaunes se sont produites. La Thaïlande est-elle encore au bord du chaos ?

Abhisit Vejjajiva : Premier Ministre de la Thaïlande

Non je ne pense pas, le pays est plus stable maintenant. Bien sur nous venons de quitter l‘état d’urgence, donc ces groupes peuvent exercer leurs droits de façon plus ouverte. En fait nous avons eu des manifestations pendant tout le reste de l’an dernier même après les évènements d’avril-mai. Cette année j’ai déjà dit que des élections auront lieu. Donc je pense que tout le monde doit se concentrer désormais pour faire que le pays aille de l’avant après les élections.

Euronews

Quand se tiendront ces élections ?

Abhisit Vejjajiva

Bon je mets trois conditions à ces élections. La première c’est l‘économie. Nous sommes confiants dans la solidité de la reprise, nous avons réalisé 8% de croissance l’an dernier : cet élan se poursuit encore à l’heure actuelle. Nous allons compléter les amendements législatifs sur le système électoral.

Je peux dire maintenant que le parlement a décidé des règles du jeu. Donc ça devrait être fait ce mois-ci. Enfin si je pense que la stabilité s’installe, je crois que ce sera alors le bon moment pour tenir des élections.

Euronews

Êtes-vous préparé à appeler à nouveau l’armée si ces protestations prennent de l’ampleur ?

Abhisit Vejjajiva

On espère que cela ne se produira pas parce que nous avons dit que si tout le monde veut vraiment aider le pays à aller de l’avant et bien j’organiserai des élections dès que possible.

Euronews

Vous n’avez pas répondu à ma question : ferez-vous appel à l’armée ?

Abhisit Vejjajiva

Mon travail est de préserver l’ordre, d‘être le garant de l’application de la loi. Nous devons faire appliquer la loi quand nous le pouvons, mais nous avons toujours montré une grande tolérance et encore une fois nous voulons utiliser ces raisons pour amener toutes les parties à reconnaître que nous nous dirigeons vers des élections et que les choses devraient être résolues par les urnes.

Euronews

Quand vous êtes arrivé à la tête du gouvernement, vous attendiez-vous à cette effusion de sang ?

Abhisit Vejjajiva

Non, bien sur que non et ce ne serait pas arrivé si certains manifestants n’avaient pas été armés. Nous avons prouvé en 2009 qu’on peut organiser des manifestations de façon pacifique mais malheureusement des éléments armés qui avaient infiltré le mouvement ont déchainé la violence et nous avons du rétablir l’ordre.

Euronews

Human Rights Watch n’est pas d’accord avec vous à ce sujet. Répondez-vous vraiment à son inquiétude ?

Abhisit Vejjajiva

Oui. Et je trouve malheureux que quelques uns de ces rapports soient toujours basés sur des témoignages partisans. Nous sommes très ouverts. J’ai rencontré un certain nombre de ces groupes et nous avons répondu à leur inquiétude, nous le faisons toujours. Il y avait par exemple plusieurs leaders des chemises rouges qui étaient détenus et nous les avons libérés, les cours de justice ont libéré un certain nombre de personnes en toute indépendance. Notre volonté est de travailler sur les questions des droits de l’homme et nous l’avons toujours fait.

Euronews

Si c’est le cas pourquoi y a-t-il encore des manifestations dans les rues ?

Abhisit Vejjajiva

Vous ne pouvez pas donner satisfaction à tout le monde et il se peut qu’il y aie une différence fondamentale entre ce qu’ils croient et ce que vous croyez. La clé c’est le respect mutuel et le respect de la loi. J’ai toujours dit qu’ils avaient le droit de manifester mais ils doivent le faire pacifiquement, sans armes.

Euronews

Parlons de l‘économie – après tout nous sommes à Davos – est-ce que la Chine vous inquiète ? La Chine va-t-elle gêner votre progression économique ?

Abhisit Vejjajiva

Au contraire je pense que la Chine nous fournit un moteur de croissance significatif. Il y a des occasions de faire du commerce, c’est un marché plus important et la Chine participe activement à des investissement importants dans les infrastructures, pas seulement en Thaïlande mais aussi dans la région au sud du Mekong. Donc je sais que nous sommes en concurrence avec la Chine en termes d’investissements, mais nous avons un marché de niches dans un certain nombre de secteurs de l’industrie et je pense que la Chine a apporté une contribution positive à notre reprise.

Euronews

Ici au Forum mondial de Davos, avez-vous le sentiment que les leaders mondiaux vous observent et vous jugent ?

Abhisit Vejjajiva

Je pense qu’ils reconnaissent la force et la capacité de la Thaïlande à rebondir par rapport aux épreuves que nous avons connues. Nous avons réussi à atteindre un impressionnant taux de croissance et nous sommes venus à bout de la crise sans trop de dégât pour l’emploi ou pour notre ratio dette/ PIB. Donc je pense que plusieurs leaders aimeraient saisir des opportunités pour s’engager un peu plus avec nous. Certains d’entre eux reconnaissent que nous sommes passés par des périodes politiques difficiles mais je pense qu’ils savent que les principes selon lesquelles a agi l’actuel gouvernement sont en ligne avec l’idée qu’ils se font de la démocratie”.