DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le camp pro-Moubarak essaie de faire tomber le symbole de la place Tahrir

Vous lisez:

Le camp pro-Moubarak essaie de faire tomber le symbole de la place Tahrir

Taille du texte Aa Aa

Luis Carballo, l’un des envoyés spéciaux d’Euronews au Caire, a assisté mercredi à la bataille entre pro et anti-Moubarak sur la place Tahrir dans le centre-ville de la capitale égyptienne. Il répond aux questions de Carlos Rayon.

“Nous avons vécu une journée de grande tension. La situation a changé de manière radicale; si mardi, les rues du centre-ville du Caire étaient contrôlées par l’opposition, ce mercredi, cela était beaucoup plus mitigé. Les témoignages que nous avons pu recueillir parmi les pro-Moubarak montrent que l’objectif de ces derniers était de reconquérir cette place Tahrir, et par la même occasion de médiatiser leur mouvement, alors que depuis huit jours les opposants occupaient l’avant-scène”.

Carlos Rayon: “L’opposant Mohamed ElBaradei a demandé à l’armée d’intervenir pour protéger les Egyptiens. Quel a été le rôle des militaires, et des policiers aussi ?”

Luis Carballo: “Nous n’avons vu aucun policier en uniforme dans les endroits où nous sommes passés, pas un seul. En civil, oui, car à plusieurs occasions, surtout dans le camp pro-Moubarak, des hommes nous ont dit de circuler, de ne pas filmer ou photographier. Puis, ils nous ont montré les armes à feu qu’ils portaient et nous ont dit finalement qu’ils étaient des policiers. Quant à l’armée, son rôle à mon avis a été simplement d’observer, l’armée n’a agi à aucun moment. C’est plus durant la matinée du mercredi que nous avons vu des mouvements un peu étranges; plusieurs accès à la place Tahrir se sont vidés des soldats qui étaient là, comme pour laisser l’espace libre aux partisans de Moubarak”.

Carlos Rayon: “Hosni Moubarak se refuse à démissionner. L’opposition continue la lutte. Dans ce bras de fer, qui prend l’avantage ?”

Luis Carballo: “Nous allons voir. Les deux camps sont en train d’essayer de gagner les faveurs de la rue. Evidemment, l’opposition a réussi à mobiliser beaucoup de gens comme on l’a vu mardi. On pensait que le camp pro-Moubarak ne pourrait pas contrer cela, mais ce mercredi il a fait une grande démonstration de force. Les pro-Moubarak ont montré qu’ils étaient bien là, qu’ils vont mener bataille et ne pas rendre les choses faciles à l’opposition. La stratégie des supporteurs du régime va être de provoquer en permanence leurs adversaires pour tenter de les sortir définitivement de la place Tahrir. Cette place s’est en effet transformée en symbole de la résistance à Hosni Moubarak, et c’est ce que ne veulent pas les partisans du raïs”.