DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tunisie : L'insécurité rempante mine le gouvernement transitoire

Vous lisez:

Tunisie : L'insécurité rempante mine le gouvernement transitoire

Taille du texte Aa Aa

Hier un groupe s’en est pris au ministère de l’Intérieur. La veille, les mêmes individus faisaient partie des 2000 personnes venues attaquer ces bureaux. Le ministre de l’Intérieur évoque un “complot contre la sûreté de l’Etat au sein des forces de l’ordre”. Pour y remédier, il a licencié 34 hauts responsables de la sécurité, vraissemblablement fidèles au président déchu Zine ben Ali. Parmi eux, le chef de la sûreté nationale qui a refusé de disperser les manifestants rassemblés samedi devant le siège du gouvernement.

La responsable locale des Nations unies estime que les forces de l’ordre doivent être remaniées pour ne pas attaquer la population.

La révolution tunisienne a déjà fait 279 morts en cinq semaines de violence.