DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Courir sans talon

Vous lisez:

Courir sans talon

Taille du texte Aa Aa

Adri Hartveld, Directeur de Healus Technology est venu vêtu d’un jogging pour présenter son invention :

“Voici la chaussure de course sans talon. Comme vous pouvez le voir, elle n’a pas de talon, explique-t-il. Mais elle est dotée d’un amortisseur de chocs qui remplace le talon rembourré, ce qui fait que l’impact au niveau du talon est nettement réduit. Et cela prévient les blessures du coureur.”

Adri Hartveld réinvente la chaussure de course.

Cet entrepreneur néerlandais a imaginé un design radicalement nouveau. Le prototype est actuellement testé à l’université du Staffordshire, en Grande-Bretagne.

Le professeur Nachi Chockalingam, spécialisé en biomécanique clinique, a été chargé de tester le prototype.

“Chez beaucoup de gens, le talon frappe le sol quand ils courent. Pour quelques uns, c’est le milieu du pied, pour d’autres, l’avant,” précise-t-il.

La chaussure conçue pas Adri incite le coureur à mobiliser la partie médiane de son pied, tout comme s’il courait pieds nus.

L’idée est d’amoindrir le choc qui se répercute sur la cheville et le genou.

“Cet amortisseur de chocs, la technologie brevetée, repose sur l’idée que quand on applique la force, il n’y a pas de talon, donc la force ne peut pas passer par le talon, elle se propage au reste du pied,” montre le professeur, semelle en main.

L’analyse scientifique indépendante de cette chaussure révolutionnaire s’inscrit dans le cadre de l’initiative de recherche de l’Union européenne.

“Les données que nous récoltons nous informent sur la façon dont travaillent les articulations de nos membres inférieurs. Nous observons les angles des hanches et des genoux. Nous comparons aussi le travail des muscles en chaussures conventionnelles et en chaussures sans talon,” poursuit le professeur.

Adri est conscient qu’il sera difficile de convaincre les fabricants d’articles de sport, qui ne jurent depuis des années que par le talon rembourré.

Mais à ce stade de l‘étude, la réaction des cobbayes est plutôt positive.

“Quand les gens les essaient pour la première fois, il leur faut faire quelques pas avant de s’habituer, reconnaît Adri. Ils sont surpris par leur stabilité. Puis ils sentent que la chaussure rebondit beaucoup plus que les autres. Ils sont enclins à marcher rapidement et très vite, ils sont en train de courir !”

heelless.org/