DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vague d’arrestations en Egypte parmi les militants des droits de l’Homme

Vous lisez:

Vague d’arrestations en Egypte parmi les militants des droits de l’Homme

Taille du texte Aa Aa

En début d’après-midi ce jeudi, plusieurs activistes de défense des droits de l’Homme ont été arrêtés dans leur bureau au Caire.

“Des hommes de la police militaire et de la sécurité d’Etat habillés en civils ont fait une descente dans l’immeuble”, explique Heba Morayef, membre de Human Rights Watch (HRW) en Egypte. “Ils ont embarqué toutes les personnes présentes”, ajoute-t-elle. Plusieurs organisations non gouvernementales étaient visées, notamment le centre Hisham Moubarak et le centre des droits économiques et sociaux, ainsi que HRW et Amnesty International. Le nombre de personnes détenues n’est pas encore clair. Alaa Abdel Fatah, un militant et blogueur pro-démocratie, ainsi que Heba Morayef confirment la détention d’au moins 8 personnes. A minuit heure locale, quatre autres étaient encore injoignables. Amnesty a, de son côté, confirmé l’arrestation de 2 membres de l’organisation : un Français et une Britannique.

“La descente a eu lieu vers 14h30”, précise Alaa Abdel Fattah au téléphone jeudi soir. Parmi les détenus, on compte notamment son père : Ahmed Seif al Islam Hamed, un avocat et co-fondateur du centre Hisham Moubarak ainsi que Khaled Ali, avocat et militant des droits de l’Homme.

Le centre Hisham Moubarak – connu pour son soutien des victimes de la torture en Egypte – accueille en ce moment les réunions du Front de défense des manifestants égyptiens – un regroupement temporaire de plusieurs ONG locales et internationales. Ce front défend notamment les droits des manifestants, leur offre une aide légale, et mène un travail de documentation des personnes arrêtées et des victimes de la répression.

Heba Morayef dit avoir reçu un coup de téléphone de son collègue Daniel Williams, pendant la descente. Elle a pu entendre les policiers présenter l’acte d’accusation “coopération avec des éléments étrangers” avant de l’emmener.

“Nous n’avons pas encore pu savoir où ils ont été conduits mais selon la loi, ils devraient être présentés devant le procureur militaire”, précise Heba Morayef. Plusieurs avocats vont donc s’y rendre dès demain matin. Ils iront aussi au quartier général de l’armée égyptienne à Abbaseya afin de pouvoir les défendre si besoin.

Hossam Bahgat, le directeur de l’EIPR (Initiative égyptienne pour les droits personnels) se dit “inquiet” de ces arrestations qui interviennent alors que de nombreux journalistes étrangers et locaux sont aussi visés. Le fait que l’armée participe à ces arrestations l’a aussi surpris. Il craint que l’armée et les pro-Moubarak ne préparent quelque chose contre les manifestants de la place Tahrir.

Moïna Fauchier Delavigne, envoyée spéciale d’euronews au Caire

http://www.eipr.org/en
http://www.amnesty.org/en/region/egypt
http://www.hmlc-egy.org/english
http://egyprotest-defense.blogspot.com/