DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Une pause dans la contestation, mais toujours la même détermination

Vous lisez:

Une pause dans la contestation, mais toujours la même détermination

Taille du texte Aa Aa

La contestation contre le président Hosni Moubarak ne s’essoufle pas, mais fait une pause. Les manifestations sont plus ponctuelles dans le centre de la capitale égyptienne, et surtout, elles se déroulent dans le calme. Si les militants de l’opposition ont de l’endurance, les citoyens ordinaires semblent fatigués. Il faut dire que leurs nerfs ont été mis à rude épreuve. Et tout ça pour quoi ? se demandent certains. “Après trente ans comme président, Moubarak veut encore rester, ce n’est pas possible ! crie un manifestant. C’est seulement dans notre monde arabe que les présidents restent trente à quarante ans au pouvoir”. “Sur ce panneau, dit un autre manifestant, j’ai écrit mon testament. Et je ne bougerai pas d’ici avant la fin de ce régime”.

La révolte égyptienne a pour le moment un air d’inachevé quand on la compare avec la révolution tunisienne. Les protestataires le savent bien, et ils comptent s’accrocher. “Ceux qui pensent que l’on va se lasser d’occuper la place Tahrir, réagit un protestataire, nous leur disons que nous n’allons pas arrêter. C’est Moubarak qui doit s’en aller”. “La pyramide du pharaon Moubarak est en train de s’effondrer lentement, explique notre envoyé spécial au Caire Luis Carballo. Avec cette révolte de la place Tahrir, la politique égyptienne avance sur un terrain inconnu. Beaucoup de gens ici savent que la chute de Hosni Moubarak peut prendre du temps, mais ils savent aussi que le régime qui a dirigé le pays avec une main de fer pendant les trente dernières années est agonisant”