DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les irréductibles de la place Tahrir

Vous lisez:

Les irréductibles de la place Tahrir

Taille du texte Aa Aa

Les chars égyptiens paraissent presque abandonnés sur la place Tahrir. Ils ont été détournés de leur fonction première par les anti-Moubarak qui s’en servent d’abris. Un bon moyen de bloquer les militaires afin qu’ils restent une force d’interposition en cas d’agression. “Juste le temps d’aller voir ma mère malade, témoigne une femme, et je suis revenue sur la place. Je vais rester ici, Inch Allah, jusqu‘à ce que le dictateur tombe ! Sur la place Tahrir, il a disparu car sa statue a été cassée”.

Au moins 297 personnes ont été tuées en quinze jours de manifestations, estime l’ONG Human Rights Watch. Les manifestants les ont déjà élevées en martyrs de la révolution. “J’aimerais mourir comme un martyr, affirme un Egyptien, pour mettre dehors ce régime injuste. Tous ceux qui, à travers le monde, ont soutenu ce régime sont également coupables”. Au coeur de la capitale égyptienne, des orateurs de l’opposition continuent de haranguer la foule pour maintenir la mobilisation.

“Les manifestations sont entrées dans leur troisième semaine, rappelle notre correspondant au Caire Mohamed ElHamy. Les protestataires continuent de se demander si les négociations politiques vont réellement répondre à leurs demandes”. Mais la plupart des manifestants anti-Moubarak ont tout de même la foi.