DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Hausse des prix des denrées alimentaires : vers de nouvelles émeutes de la faim?

Vous lisez:

Hausse des prix des denrées alimentaires : vers de nouvelles émeutes de la faim?

Taille du texte Aa Aa

La colère à New Dheli, ou l’on en a assez de voir les prix des denrées alimentaires augmenter sans cesse. Alors que la FAO a annoncé que les prix alimentaires avaient atteint un seuil historique en janvier, leur plus haut niveau depuis 1990,

ces manifestants sont descendus dans la rue pour s’en prendre au gouvernement : “Il est absolument impensable que le gouvernement, sachant qu’il y a de l’inflation des denrées alimentaires, augmente les prix de l’essence, il y aura des effets en cascade…” dit cette manifestante.

En Australie, les intempéries ont lourdement pénalisé les récoltes de sucre, dont le pays est troisième producteur mondial, poussant les prix à la hausse. Sur le marché international, le prix du sucre a augmenté d’environ 100% ces derniers mois.

L’huile de plus de 63%, et le blé de presque autant après les incendies en Russie.

Une hausse des prix qui a nourri la colère de la rue en décembre en Tunisie, sur fond de situation économique et sociale difficile, avant de s‘étendre à d’autres pays arabes. Et l’agence de l’ONU a mis en garde contre de nouveaux risques d‘émeutes de la faim comme celles qui ont frappé de nombreux pays africains en 2007 et 2008.

“Ce qui nous préoccupe, c’est la durée de cette hausse des prix, qui a débuté il y a de nombreux mois déjà, et qui ne laisse pas penser que cela va changer de façon spectaculaire dans les mois à venir. C’est long, et que cela dure comme cela risque de provoquer encore plus d’inflation

des prix alimentaires dans de nombreux pays.” estime cet expert de la FAO.

Et cette fois, c’est de la Chine que viennent les nouvelles inquiétudes. Une grave sécheresse touche la plaine de Chine du nord, première région productrice de blé d’hiver du pays. Avec des pluies très inférieures à la moyenne depuis l’automne dernier, les menaces sur la récolte du blé d’hiver font craindre le pire.