DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le quotidien de la place Tahrir

Vous lisez:

Le quotidien de la place Tahrir

Taille du texte Aa Aa

Rentrez chez vous, le gouvernement égyptien ne tolérera pas longtemps les manifestations place Tahrir. Le message vient d’Omar Suleiman, le vice-président égyptien, mais il ne passe pas au 16ème jour de la contestation.

Les anti-Moubarak sont chez eux place Tahrir. Ils y mangent, y dorment ou reviennent par milliers chaque jour au petit matin. Ils s’informent aussi.

Après le journal “Midan al Tahrir”, une radio amateur a vu le jour, un espace de liberté supplémentaire.

“On a créé cette radio pour donner un espace de parole aux gens, on diffuse des poèmes, on laisse parler les gens. Si un vieux monsieur, qui ne sait pas écrire mais à quelque chose à dire, veut s’exprimer, on lui en donne l’opportunité. On passe des chansons nationalistes ou qui parle des victimes de notre combat, mais pas de chansons d’amour” explique Mohamed Ali, présentateur radio.

A la télévision d’Etat, on accuse les manifestants d‘être achetés par l’ouest. Des rumeurs circulent sur des repas fournis par la chaîne de restaurant américaine kentucky fried chicken.

“Nous avons sorti des poubelles les boîtes vides de notre plat populaire, le kuchary, et nous avons écrit kentucky avec. C’est un symbole de protestation. Nous montrons ainsi à ceux qui nous accuse de manger KFC, que personne ne nous paie pour manifester sur cette place. Et oui nous mangeons encore du Kuchary” témoigne Zaki Khalfa, membre d’une association d’artistes.

Artistes et professionnels se mobilisent donc pour aider les manifestants à rester place Tahrir, comme le coiffeur Ahmed Samy:

“C’est gratuit, c’est un service pour le grand peuple d’Egypte qui vient soutenir la révolution.”

Un service qui redonne le sourire aux anti-Moubarak dans l’attente du coup de ciseau final contre le régime.