DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

France: le monde de la justice exprime son ras-le-bol

Vous lisez:

France: le monde de la justice exprime son ras-le-bol

Taille du texte Aa Aa

A Paris, c’est sur les marches du Palais de justice que plus d’un millier de magistrats, d’avocats, et de professionnels de la justice s’est rassemblé. Même scénario dans une dizaine de villes en France. A Nantes, lieu de départ du mouvement de révolte, ils étaient 2.000. Tous dénoncent les propos du président français et le délabrement du système judiciaire.

Françoise Cotta, avocate parisienne:

“Aujourd’hui, ce que veut le chef de l’Etat, c’est la suppression du service public de la justice, la suppression du service public de l’enseignement, et ce n’est pas par hasard, si les professeurs manifestent aussi. Et je crois qu’il faut être extrêmement clair: les travailleurs sociaux tentent d’endiguer la délinquance, font ce qu’ils peuvent avec des moyens extrêmement restreints. Il faut que la justice ait de vrais moyens pour fonctionner. Et il ne sert à rien de désigner des boucs émissaires parce que l’on rentre en campagne électorale. Le chef de l’Etat a un discours extrêmement dangereux pour les libertés et il a un discours extrêmement dangereux parce qu’il encourage la violence. “

L’explosion des magistrats a été provoquée par les propos enflammés de Nicolas Sarkozy sur l’affaire Laetitia.

Le président a mis en cause des magistrats et des policiers, affirmant qu’il y a eu faute dans la procédure du suivi judiciaire du récidiviste Tony meilhon, coupable présumé du meurtre d’une jeune fille de 18 ans. Il a demandé des sanctions.

Les magistrats réclament aujourd’hui les moyens humains et financiers de faire leur travail.