DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Hosni Moubarak démissionne, scènes de joie en Egypte

Vous lisez:

Hosni Moubarak démissionne, scènes de joie en Egypte

Taille du texte Aa Aa

Le président Hosni Moubarak a finalement démissionné de la présidence d’Egypte. “Compte tenu des conditions difficiles que traverse le pays, le président Mohammed Hosni Moubarak a décidé d’abandonner le poste de président de la République et chargé le conseil suprême des forces armées de gérer les affaires du pays”, a déclaré le vice-président Omar Souleimane dans une brève allocution télévisée. C’est le ministre de la Défense, le maréchal Mohamed Hussein Tantaoui, qui dirige ce Conseil.

Il aura fallu 18 jours de révolte populaire pour que Hosni Moubarak quitte le pouvoir. Cette annonce a provoquée une explosion de joie sur la place Tahrir au Caire, où campaient de nombreux manifestants anti-régime depuis plusieurs jours. “Le peuple a renversé le régime !”, scandaient les manifestants en délire, certains brandissant des drapeaux et faisant le signe de la victoire. Dans tout le pays, les dizaines de milliers de manifestants qui réclamaient encore aujourd’hui le départ de Moubarak et de son vice-président fêtent aussi cette annonce.

“Je suis sur Talaat Harb, juste à côté de la place Tahrir. C’est incroyable, tout le monde danse, il y a beaucoup de gens sur les voitures. Beaucoup ont aussi pleuré en apprenant la démission de Moubarak !” s’exclame Asmaa Youssef, une jeune manifestante en pleine euphorie.

“Félicitations à l’Egypte, le criminel a quitté le palais”, écrit sur Twitter Waël Ghonim, cybermilitant devenu symbole de la révolte de la jeunesse égyptienne

A Tunis aussi, une explosion de joie a retenti quelques minutes après l’annonce de la démission du président égyptien. La Tunisie avait précédé l’Egypte et une révolution populaire avait parvenu à arracher Zinedine Ben Ali de son fauteuil présidentiel, après 23 ans au pouvoir. Le 14 janvier, il avait fui le pays et se trouve depuis réfugié en Arabie saoudite.

Dans la bande de Gaza, contrôlée par le mouvement islamiste Hamas, des scènes de liesse se déroulaient également.

Relisez la chronologie des événements depuis le 25 janvier

Le gouvernement suisse a rapidement annoncé le gel des avoirs du désormais “ex-président” dans ses banques.

L’Union européenne a salué le départ de Moubarak et renouvelé son soutien au processus de transition démocratique tout en appelant à des élections libres et transparentes.
 
Le président américain Barack Obama, qui affirmait hier que l’histoire était en marche en Egypte, va quant à lui s’exprimer en début de soirée.

Hier soir, lors de son troisième discours depuis le début de la crise, Hosni Moubarak avait encore répété qu’il resterait à la tête de l’Etat jusqu’à l’élection présidentielle prévue en septembre. Il était au pouvoir depuis 1981.

A lire aussi : Oui, mais les frères musulmans ?

M. Moubarak, qui avait délégué jeudi ses prérogatives à son vice-président, a quitté Le Caire pour Charm el-Cheikh où il a une résidence secondaire, avait auparavant indiqué à l’AFP le porte-parole du Parti national démocrate (PND, au pouvoir) Mohammed Abdellah.

Le mouvement de protestation a débuté le 25 janvier, “journée de la police”, à l’initiative de plusieurs mouvements militants.