DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Algérie : la marche contre le pouvoir "n'est qu'un début", promettent les manifestants

Vous lisez:

Algérie : la marche contre le pouvoir "n'est qu'un début", promettent les manifestants

Taille du texte Aa Aa

L’impressionnant dispositif de 30 000 policiers déployé à Alger a aisément contenu la marche programmée samedi 12 février par la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD). Selon les observateurs, environ 2 000 personnes se sont rassemblées pendant quelques heures pour réclamer un “changement du système”, et non le seul départ du chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika.

“On ne rentrera chez nous que lorsque le régime sera tombé car nous voulons qu’il représente réellement le peuple”, a commenté le président honoraire de la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (LADDH), Ali Yahia Abdenour.

“Notre seul problème, c’est le régime, a confirmé le président du Rassemblement pour la Culture et la démocratie (RCD), Saïd Sadi. La seule solution, c’est donc le changement, et de préférence d’une manière pacifique.”

Cette marche, qui a donné lieu à quelques dizaines ou centaines d’arrestations, selon les sources, n’aura pas été l’avertissement fort au pouvoir qui avait été annoncé. Mais “nous avons brisé le mur de la peur et ce n’est qu’un début !”, a assuré l’un de ses promoteurs, Fodil Boumala…