DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Irak, Liban et Iran enthousiastes après le départ de Moubarak

Vous lisez:

Irak, Liban et Iran enthousiastes après le départ de Moubarak

Taille du texte Aa Aa

La chute du président égyptien Moubarak ne laisse évidemment personne indifférent. Chez les dirigeants et dans la population. Par exemple, en Irak, où le Premier ministre Nouri al-Maliki a salué le changement, cet habitant de Badgad est sur la même longueur d’ondes. “Après 18 jours de manifestations pacifiques, ils ont viré Hosni Moubarak. Je les en félicite, mais aussi, je les mets en garde contre le risque de divisions entre Sunnites et Chiites, comme c’est le cas chez nous.”

> La chronologie de la révolution”:http://fr.euronews.net/2011/02/11/egypte-chronologie-des-evenements/

Au Liban, le Hezbollah a qualifié “d’historique” et de “triomphe du sang sur l‘épée” la victoire de la “révolution égyptienne”. Un sentiment largement partagé dans la population. Comme à Beyrouth.

“C’est un succès considérable pour le peuple égyptien, estime cet homme. Chaque oppresseur, chaque tyran, doit affronter son destin.” “Le retour au bercail de l’Egypte dans le monde arabe est bien sûr très important pour les Etats arabes et pour les peuples qui veulent récupérer la Palestine”, juge cet autre.

11 février 2011-11 février 1979 : en Iran, le président Ahmadinejad s’est réjoui de la chute de Moubarak en soulignant la coïncidence de calendrier.

Et cet habitant de Téhéran applaudit des deux mains : “Dans la mesure où nos religions sont les mêmes, qu’on soit chiite ou sunnite, l’Iran et l’Egypte doivent se rassembler. Et nous devons ensemble fonder un grand Moyen-Orient islamique.”

L’opposition au régime iranien s’est également félicitée de la révolution égyptienne… mais pour d’autres raisons : parce qu’elle aimerait bien en faire autant.